Une centaine de «blindés» s’entraînent dans l’Arctique (PHOTOS)

La troupe du poste de commandement de l’escadron est déployée avec le BV-206 et 14 motoneiges pour se familiariser avec l’équipement. (Caporal Marc-André Lévesque/soutien d’affaires publiques du 5 GBMC)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

C’est un «sabre glacé» qui s’est abattu dans le Grand nord canadien récemment. Près de 115 militaires se sont en effet déployés dans le village de Resolute Bay, de la mine Polaris, de la station Eureka et de l’île Beechey pour un entraînement hivernal.

Principalement issues du 12e Régiment blindé du Canada (12 RBC), basé à Valcartier, les troupes ont réalisé diverses manœuvres dans le nord du Nunavut entre le 20 et le 30 mars. Pas moins de 70 motoneiges ont été nécessaire pour réaliser une bonne partie des déplacements ainsi que des aéronefs pour transporter les troupes.

Pêche sur glace, pratiques de tirs, montage de tentes, construction d’igloos, le tout s’est effectué par une température glaciale proche des -50°.

Le caporal Louis-Philippe Coté-Guay est dans les Forces depuis quatre ans maintenant, mais c’est bien la première fois qu’il se déploie aussi haut dans le nord canadien. «Je suis déjà allé dans le Yukon, mais c’est rien comparé à là où on est. Ça surprend à quel point tout est blanc, plat… on est vraiment dans le désert!»

La planification pour un exercice aussi haut dans le nord est primordiale, comme le rappelle le major François Laroche, commandant de l’escadron A pour l’exercice. «La planification a commencé depuis la fin août lorsque nous avons reçu le mandat d’aller nous entraîner dans l’Arctique. Le but est de réaliser comment on peut s’entraîner dans l’Arctique… moi sur 115 personnes que j’ai ici, il y en a peut-être trois ou quatre seulement qui ont déjà eu une expérience arctique. C’est une réalité qu’on connait moins, mais [avec la remise en avant de ce genre d’exercice suite à la fin de la mission en Afghanistan], il faut qu’on apprenne à y survivre et à y travailler».

L’adjudant des opérations Louis Hains précise que tous les objectifs et buts que le régiment s’était fixé ont été remplis. «On a beaucoup appris ici, plus que si on avait fait ça au Québec».

Les militaires ont également tenu une journée porte ouverte le 29 mars afin que la population puisse échanger avec les soldats. Pas vraiment prévu à la base, la population s’est fait un plaisir de montrer aux militaires quelques uns de leurs jeux, chants, nourriture locale et un marché. De quoi bien finir l’exercice!

PLUS DE PHOTOS >>