Il y a 99 ans, la deuxième bataille d’Ypres faisait rage

0
La deuxième bataille d'Ypres, du 22 avril au 25 mai 1915. (Peinture par Richard Jack/Collection d'art militaire Beaverbrook)
La deuxième bataille d’Ypres, du 22 avril au 25 mai 1915. (Peinture par Richard Jack/Collection d’art militaire Beaverbrook)

À quelques mois du centenaire du début de la Première Guerre mondiale, le Canada se souvient de la deuxième bataille d’Ypres, qui a fait rage au printemps 1915.

Les Canadiens de la 1ère Division arrivent sur le front le 17 avril. Moins d’une semaine plus tard, le 22, les Allemands utilisent pour la première fois une nouvelle arme: le gaz toxique.

Le 22 avril, la deuxième bataille d’Ypres est un baptême du feu violent pour le Canada. C’est une bataille défensive qui se déroule alors que les tranchées sont encore peu développées, car on croit à ce moment que la guerre ne va pas durer.

Cette bataille est pour les Canadiens un apprentissage de l’assaut de tranchée, qui annonce la fin des batailles rangées et le début de la guerre des tranchées. Ces assauts, marqués principalement par des initiatives héroïques, manifestent plusieurs lacunes: d’abord à cause d’un manque d’appui de l’artillerie. Pour la contrer, les soldats utilisent la grenade et le mortier ; ensuite à cause du fusil Ross, inefficace car la boue l’obstrue et un tir trop rapide l’enraye. Toutefois, un appui avec des mitrailleuses sur les flancs aide l’assaut.

Dans les tranchées.

La bataille sur le front occidental débute avec l’utilisation d’un gaz toxique, le chlore. Les Allemands avaient rassemblé 5.730 cylindres (160 tonnes) de ce gaz que leur IVe armée utilise pour monter à l’attaque.

Sans protection aucune contre les gaz, les deux divisions françaises qui tiennent le flanc Nord du saillant paniquent et s’enfuient. Les Grenadiers Belges de la 6 D.A reprennent le terrain que les troupes Françaises ont abandonnées.

Les Français reviendront par trois fois à la charge pour reprendre leur terrain perdu.

Les combats de Steenstraet dureront trois jours et coûteront 900 hommes au Régiment belge des Grenadiers. Cette attaque allemande ouvre ainsi une brèche de 8 km de large dans la ligne de front. Au centre, les troupes canadiennes devront se redéployer pendant la nuit pour couvrir leur flanc exposé par cette débandade.

«Le 24 avril marque le 99e anniversaire de la deuxième bataille d’Ypres durant laquelle les Canadiens ont été la cible d’attaques directes au gaz, a déclaré le ministre des Anciens combattants Julian Fantino. Lors de ce premier engagement majeur des Canadiens sur un champ de bataille européen, de nombreux soldats ont péri en défendant le saillant d’Ypres, en Belgique. À cette occasion, les soldats canadiens ont pour la première fois eu à affronter une attaque au gaz toxique, en plus des balles de mitrailleuses et des obus utilisés par les forces allemandes. Malgré une féroce offensive, ils ont toutefois réussi à maintenir leur position jusqu’à l’arrivée de renforts».

Malgré l’assaut de gaz toxique, les troupes arrivent à improviser des protections à l’aide de mouchoirs imbibés d’eau ou d’urine, et empêchent une percée allemande.

Les troupes canadiennes seront enfin relevées par des troupes britanniques, françaises et indiennes, le 4 mai.

Entre le 22 et le 24 avril, 6.035 Canadiens, un homme sur trois, sont blessés et plus de 2.000 d’entre eux meurent. Ce sont de lourdes pertes pour le petit contingent de civils canadiens enrôlés depuis quelques mois à peine et qui n’avaient jamais imaginé aller au front et se battre – c’était un sinistre présage de ce qui les attendait.

In Flanders Fields

C’est durant la deuxième bataille d’Ypres que le lieutenant-colonel John Alexander McCrae écrira son mémorable poème In Flanders Fields, la voix de ceux qui sont morts lors de la guerre.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.