Crise ukrainienne: le ministre Baird met en garde contre «les hommes en vert virtuels»!

0
Le ministre des Affaires étrangères John Baird a rencontré en Estonie des représentants d’entreprises canadiennes. Lors de cette réunion, le ministre Baird a souligné le rôle important que jouent les Canadiens en Estonie dans les relations politiques, économiques et commerciales entre les deux pays.Ici, le 27 avril 2014 à Tallinn avec, à droite l'Ambassadeur John Morrison et, au centre, Kai Realo, directrice générale, Statoil Fuel & Retail Eesti AS [Couche-Tard Inc] (MAECD)
Le ministre des Affaires étrangères John Baird a rencontré en Estonie des représentants d’entreprises canadiennes. Lors de cette réunion, le ministre Baird a souligné le rôle important que jouent les Canadiens en Estonie dans les relations politiques, économiques et commerciales entre les deux pays.Ici, le 27 avril 2014 à Tallinn avec, à droite l’Ambassadeur John Morrison et, au centre, Kai Realo, directrice générale, Statoil Fuel & Retail Eesti AS [Couche-Tard Inc] (MAECD)
Le ministre des Affaires étrangères John Baird qui se trouvait ce 28 avril en Estonie, dernière étape d’une tournée de 10 jours en Europe de l’Est et en Europe centrale pour exprimer la solidarité du Canada avec certains voisins inquiets de la Russie, a profité d’un discours sur la liberté d’expression sur internet pour pourfendre encore une fois les Russes et mettre en garde contre…les «hommes verts virtuels».

—-

Mise à jour au 28/04/2014 à 15h12

Le Premier ministre Stephen Harper annonce aujiourd’hui que le Canada a imposé des sanctions économiques contre neuf autres Russes et contre deux banques russes. Les neuf personnes font également l’objet d’une interdiction de voyager.

—-

Le ministre Baird a profité de son discours à la conférence «Freedom Online Coalition» sur la liberté d’expression sur Internet, à Tallinn, en Estonie, pour pourfendre une fois encore les actions présentes et passées de la  Russie.

«Alors que la communauté internationale a le regard tourné vers la Russie, qui tente d’annexer la Crimée et qui a envoyé une foule de soldats le long de la frontière orientale de l’Ukraine, le président Poutine a imposé des restrictions accrues sur Internet et, de façon générale, des mesures de répression plus énergiques contre les médias et l’opposition.», a dit le ministre canadien.

Se référant à la série d’attaques massives par déni de service (DDOS) attribuée au Kremlin dont avait été victime l’Estonie en 2007 et qui avait visé les services gouvernementaux, les banques, les médias et les partis politiques, le numéro des urgences (ambulances, incendies) restant même indisponible pendant plus d’une heure, le ministre canadien a déclaré dans son discours que «L’Estonie sait très bien, après les cyberattaques perpétrées en 2007, qu’on n’a pas nécessairement besoin de chars d’assaut et d’avions de chasse pour violer la souveraineté d’une nation»

Et, de conclure le ministre canadien, «Les ‘hommes en vert’ supposément anonymes aperçus en Crimée et dans l’est de l’Ukraine ont leurs équivalents virtuels en ligne».

La tournée du ministre Baird en Europe centrale et orientale

La tournée du ministre Baird en Europe visait à exprimer la solidarité du Canada avec certains voisins inquiets de la Russie, qui sont aussi ses partenaires de l’OTAN, mais, de la façon dont ministre canadien a continué de dénoncer au cours de ce périple le recours croissant par la Russie à la provocation et à l’agression envers l’Ukraine, on était de retour aux «beaux jours» de la Guerre froide.

Le ministre Baird a souligné lors de cette tournée l’importance d’une coordination étroite entre les alliés.

«Tous se sont entendus», dit le communiqué du ministère canadien des Affaires étrangères à propos des rencontres du ministre Baird avec les dirigeants d’Europe centrale et d’Europe de l’Est, «pour dire que la situation en Ukraine — plus particulièrement la concentration de troupes militaires russes le long de ses frontières —constitue toujours une menace sérieuse à la paix et à la sécurité mondiales, et ont indiqué que la Russie s’exposerait à un plus grand isolement politique et économique si le président Poutine continuait de ne pas respecter ses engagements pris à Genève».

«Un message clair et uniforme s’est fait entendre lors de mes rencontres avec d’importants alliés en Europe centrale et orientale cette semaine — c’est-à-dire que nous n’accepterons pas d’observer sans rien faire alors que la Russie continue de prendre des mesures provocatrices contre l’Ukraine», a affirmé le ministre canadien des Affaires étrangères.

«Le président Poutine doit se montrer à la hauteur de la situation et démontrer, par des mesures clés, sa volonté de se conformer aux engagements qu’il a pris à Genève pour désamorcer la crise, rappeler ses agitateurs et respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine », a insisté le ministre canadien.

Le Canada est un des plus fermes soutiens des nouvelles autorités de Kiev depuis le début de la crise et cette tournée constituait la quatrième visite du ministre dans la région ces derniers mois, depuis le début de la crise en Ukraine.

Le Canada, qui compte 1,2 millions de citoyens d’origine ukrainienne et qui ambitionne en outre pouvoir vendre son gaz naturel à l’Europe en remplacement du gaz russe dès qu’il aura les installations nécessaire pour le liquéfier, a donné son appui inconditionnel aux nouveau pouvoir à Kiev et ne perd jamais une occasion de pourfendre les Russes.

Les élections ukrainiennes

«La communauté internationale continue de parler d’une même voix en appui aux aspirations démocratiques du peuple ukrainien», a aussi déclaré le ministre Baird, ajoutant aussi que «Le Canada collaborera avec ses alliés pour veiller à ce que les Ukrainiens soient libres d’exercer leurs droits souverains et de choisir un dirigeant, sans subir de coercition ni d’intimidation.»

Signe, d’ailleurs, de l’importance que le Canada accorde aux élections présidentielles du 25 mai, le Canada enverra une équipe comptant jusqu’à 500 observateurs pour la mission de surveillance des élections ukrainiennes, sur un total de 1000 personnes que comptera cette mission de l’OSCE.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.