Égypte: près de 700 autres pro-Morsi condamnés à mort

0
Réactions d'Égyptiens à l'annonce de la sentence de mort contre près de 700 partisans supposés du président déchu Mohamed Morsi, le 28 avril 2014 à Minya (Khaled Desouki/AFP)
Réactions d’Égyptiens à l’annonce de la sentence de mort contre près de 700 partisans supposés du président déchu Mohamed Morsi, le 28 avril 2014 à Minya (Khaled Desouki/AFP)

Un tribunal de Minya a condamné ce lundi à mort 683 partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi, y compris des dirigeants des Frères musulmans, rapporte le quotidien pro-gouvernemental égyptien Al-Arham.

Le Guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie du groupe islamiste étaient parmi les accusés reconnus coupables d’avoir attaqué le commissariat de police d’Adawa et tué un agent de police, Mamdouh Kotb Mohamed Kotb, le 14 août 2013 – suite à la dispersion des sit-ins pro-Morsi aux squares Rabaa et Nahda, dans la capitale égyptienne.

Ils ont également été reconnus coupables d’actes de violence, émeutes, destruction de biens publics et privés, attaque contre des agents de police, et incitation à la violence .

Les verdicts doivent être ratifiées par le Grand Mufti, la plus haute autorité religieuse du pays, avant qu’ils ne puissent être exécutés. .

Le tribunal a fixé au 21 Juin pour le verdict final qui sera adopté , après l’évaluation par le Grand Mufti.

Mais les accusés peuvent en appeler des verdicts.

La peine de mort des 492 des 529 condamnés de mars commuée

Le même juge qui a condamné à mort les 683 accusés ce lundi avait aussi condamné 529 personnes à mort en mars.

Aujourd’hui, il a confirmé 37 des condamnations à mort et commué 492 autres à la prison à vie sur les instructions, justement, du Grand Mufti .

Les condamnés, dans ce cas, avait été accusés d’avoir tué un agent de police et pris d’assaut le commissariat de police de Matay le 14 Août 2013.

Khaled El-Koumi, avocat d’un des accusés condamnés à mort, a indiqué qu’il ferait appel du le verdict dès que le tribunal ara publié le jugement dans les 60 prochains jours, rapporte encore Al-Arham.

Une large majorité de la population, ainsi que la plupart des médias égyptiens, médias quasi-unanimes, applaudit à la répression implacable que mène contre les islamistes le gouvernement installé par l’armée après qu’elle eut destitué et arrêté le 3 juillet le président Mohamed Morsi, accusé, notamment, d’avoir voulu islamiser de force le pays,

Ainsi, plus de 1.400 manifestants pro-Morsi ont été tués par les policiers et les soldats en dix mois –dont quelque 700 en une seule journée au Caire le 14 août– et plus de 15.000 partisans islamistes emprisonnés.

Pendant ce temps, l’Égypte se prépare à élire à sa tête l’ancien commandant des forces armées égyptiennes Abdel Fattah al-Sissi, qui a invité dimanche les Égyptiens à voter en masse lors de la prochaine élection présidentielle qui aura lieu les 26 et 27 mai.

Les problèmes de sécurité et l‘état de l’économie, alors que l‘économie égyptienne est exsangue en raison d’une baisse des investissements et du tourisme, relègue touts les autres problèmes dans l’ombre et poussent les Égyptiens à choisir un dirigeant fort.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.