L’Armée populaire de libération chinoise appelle les jeunes diplômés à s’enrôler

0
Un défilé de l'Armée populaire de libération chinoise (Archives/US Department of Defense)
Un défilé de l’Armée populaire de libération chinoise (Archives/US Department of Defense)

L’armée chinoise recrutera davantage d’étudiants: la Chine a entamé samedi 19 avril son recrutement militaire annuel, mettant cette année l’accent sur le recrutement des jeunes ayant suivi un enseignement supérieur.

Une cérémonie était organisée à l’Université Tsinghua pour encourager les étudiants de Beijing à s’enrôler dans l’armée et plus de 2.000 étudiants s’étaient déplacés pour s’informer ou s’inscrire, rapporte l’agence officielle Chine Nouvelles.

Wang Yaping, la deuxième femme astronaute chinoise à avoir voyagé dans l’espace, était présente lors de la cérémonie et a appelé les étudiants à prendre l’initiative de s’enrôler et de contribuer à la construction d’une armée chinoise forte.

Le ministère de la Défense nationale a demandé aux autorités concernées de recruter davantage d’étudiants qu’en 2013. Parmi les jeunes des municipalités et des capitales provinciales, seuls ceux ayant suivi des études secondaires ou supérieures peuvent s’enrôler.

Il est également possible de s’inscrire en ligne sur le site www.gfbzb.gov.cn.

Avec plus de deux millions de soldats actifs, l’Armée populaire de libération chinoise est depuis la disparition de l’armée rouge la plus grande du monde en termes d’effectifs. Il s’agit d’une des trois branches des forces armées chinoise avec la police armée du peuple et la milice.

Après avoir été surtout une armée de masse grâce à la conscription depuis la création de la République populaire de Chine, elle a entamé depuis les années 1990 une reconversion pour réduire son personnel, avoir des unités professionnelles et pour obtenir des armements technologiquement évolués, au point qu’aujourd’hui, comme l’illustre éloquemment la campagne qui vient de débuter, l’accent est mis sur le recrutement de jeunes diplômés universitaires.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.