Le Canada à la tête d’une équipe de contrôle des armements en Ukraine

0
Pour la deuxième fois en deux jours, les observateurs militaires de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (dont deux Canadiens) se sont faits refoulés à la frontière de la Crimée. (OSCE)
Pour la deuxième fois en deux jours, les observateurs militaires de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (dont deux Canadiens) se sont faits refoulés à la frontière de la Crimée. (OSCE)

Ce sont maintenant trois membres des Forces armées canadiennes de la Direction de la vérification du contrôle des armements, qui sont à la tête d’une équipe de neuf personnes, en mission en Ukraine jusqu’au 11 mai.

À la lumière des événements actuels, l’Ukraine a demandé aux États faisant partie de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) de mener une série de missions coordonnées en Ukraine (à l’exception de la Crimée) dans le cadre du Document de Vienne 2011 (DV11). Cette mission a pour but de dissiper les inquiétudes relatives aux activités militaires inhabituelles en Ukraine, et d’assurer une présence internationale continue de militaires sur le terrain.

Les membres des Forces armées canadiennes faisant partie de cette mission sont accompagnés de représentants des États-Unis, de la France, de la Moldavie et de l’Ukraine. Cette mission marquera la première fois qu’une visite en Ukraine relative au DV11 ait été dirigée par le Canada pendant la crise actuelle.

Ces vérifications ont été demandées par l’Ukraine en raison d’inquiétudes relatives à des activités militaires inhabituelles dans la région.

Le Canada avait déjà fourni deux observateurs dans le cadre de la mission militaire initiale multinationale d’observation en Ukraine, dès le début de la crise en Ukraine, au mois de mars 2014.

Le Canada se dit aussi prêt à offrir les services d’inspecteurs dans le cadre de missions semblables en Ukraine dirigées par d’autres États participants de l’OSCE.

En outre, le Canada a également indiqué il y a une semaine qu’il enverrait jusqu’à 500 observateurs afin de surveiller les élections.

Missions en vertu du Document de Vienne

L’OSCE, la plus importante organisation de sécurité régionale au monde, comprenant 57 États participants, y compris tous les alliés de l’OTAN, emploie une série de mesures de contrôle des armements et de régimes de confiance et de sécurité afin de répondre à la crise en Ukraine.

Le DV11, un accord politiquement contraignant parmi les États participants de l’OSCE, représente l’une des mesures de contrôle des armements qui a été utilisées jusqu’à présent en Ukraine. Selon le DV11, les États participants peuvent mener des vérifications et des visites d’observation afin d’accroître l’ouverture et la transparence relatives aux activités militaires.

Il faut hélas noter que c’est exactement  à l’occasion de ce genre de mission d’observation  en vertu du Document de Vienne sur la transparence  qu’ont été arrêtés et détenus 8 observateurs militaires étrangers et quatre ukrainiens le 25 avril. Il importe de ne pas confondre ce genre de mission avec la mission spéciale de surveillance prévue à l’accord-cadre de Genève du 17 avril à  l’issue d’une rencontre quadripartite réunissant l’Ukraine, la Russie, L’Union européenne et les États-Unis.

Comme on a pu le voir, l’accueil réservé par les insurgés pro-russes aux missions effectuées en vertu du Document de Vienne à la demande de l’Ukraine n’a pas été, jusqu’à présent, particulièrement chaleureux.

«Cette mission témoigne du soutien envers l’Ukraine et démontre de manière concrète l’engagement du Canada envers la sécurité, la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine», a toutefois déclaré pour sa part Rob Nicholson, ministre de la Défense nationale.

«La participation des membres des Forces armées canadiennes aux visites dans le cadre du DV11 et à titre d’inspecteurs principaux représente une contribution concrète aux mesures d’atténuation de la crise au moyen de mesures existantes de contrôle d’armement. Ces militaires possèdent la formation et l’expérience nécessaires pour entreprendre des missions de cette nature», a dit pour sa part le major-général Michael Hood, Directeur d’état-major de l’État-major interarmées stratégique.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.