Le Congrès bloque la reprise de l’aide militaire américaine à l’Égypte

0
Le Sénateur américain Patrick leahy, président du Sous-comité sur les opérations étrangères (Photo: Sénat américain/WikiCommons)
Le Sénateur américain Patrick leahy, président du Sous-comité sur les opérations étrangères (Photo: Sénat américain/WikiCommons)

La poursuite des versements à l’armée égyptienne de l’aide financière accordée par les États-Unis a été bloquée aujourd’hui au Congrès. Le sénateur démocrate Patrick Leahy entend ainsi protester contre les condamnations à mort de près de 700 personnes, annoncée lundi, lors d’un procès de masse. Cinq cents autres sentences de condamnations à mort étaient tombées un mois plus tôt.

Aux condamnations à mort visant les pro-Morsi, s’ajoutent 1400 manifestants, de la même allégeance, tués et plus de 15.000 de ses partisans arrêtés depuis le 3 juillet, selon des organisations de défense des droits de l’Homme. Rappelons que le gouvernement égyptien a déclaré le mouvement des Frères musulmans, dirigé par Mohamed Morsi, «organisation terroriste» et ses membres sont dorénavant interdits de manifester.

L’imposition du droit de veto du sénateur Leahy, qui est également président de la sous-commission du budget des Affaires étrangères et de l’Aide internationale, a fait réagir le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil Fahmy, en visite à Washington.

«Vous nous donnez de l’aide militaire, par exemple, pour des objectifs de sécurité et de stabilité, surtout pour lutter contre le terrorisme, sécuriser la frontière, pour la paix (…) et pour ne pas rompre le traité avec Israël, a-t-il souligné mercredi sur la chaîne américaine MSNBC. Si vous utilisez cela uniquement comme un outil ou moyen de pression à chaque fois qu’il existe un désaccord avec l’Égypte, vous finirez par remettre en cause et bouleverser les racines mêmes de notre relation stratégique», a-t-il prévenu.

Cette annonce fait suite à celle du Pentagone la semaine dernière de lever partiellement le gel de l’aide militaire au Caire de 1,3 milliard de dollars par an. Les dix hélicoptères Apache vont être livrés comme prévu, mais le versement des 650 millions manquant doit attendre le feu vert du Congrès. Bien que la livraison d’équipements soit suspendue pour l’instant, Robert Menendez, président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, juge difficile de couper entièrement les fonds en faveur de l’Égypte considérant les intérêts des États-Unis dans la région.

Pendant ce temps, des mouvements djihadistes ont revendiqué de nombreux attentats visant des policiers et soldats afin de venger la répression dont sont victimes les pro-Morsi.

Passionné de politique, d'actualité et d'histoire depuis l'adolescence, Simon Bossé-Pelletier s'intéresse particulièrement aux relations internationales, à l'histoire militaire et au travail journalistique en situation de conflit.

Les commentaires sont fermés.