Rétablissement des écussons historiques de l’Armée: la distribution commence maintenant

La cérémonie de remise des écusson de la 2e Division, le 2 mai à Valcartier ( (Sergent Sébastien Fréchette, affaires publiques 5 GBMC)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Les divisions au sein de l’Armée canadienne tiendront une série de cérémonies de remise d’écussons et de cérémonies de lever du drapeau, de la fin d’avril jusqu’au milieu de l’été, pour souligner leur mise sur pied et distribuer officiellement leur écusson divisionnaire, annonçait vendredi 25 avril la Défense canadienne.

Mise à jour au 05/05/2014 à 13h30

C’est ainsi que, vendredi 2 mai, avait lieu à Valcartier, la remise des écussons de la 2e Division du Canada.

—-

En 2013, le gouvernement du Canada a annoncé le rétablissement de plusieurs aspects historiques de l’Armée canadienne, notamment la réinstauration de la nomenclature divisionnaire et des écussons de division plutôt que les anciens secteurs de la force terrestre.

En avril 2013, le ministre de la Défense de l’époque, Peter MacKay, avait annoncé que les anciennes appellations de cinq corps de l’Armée étaient dorénavant rétablies.

Exemples historiques de symboles restaurés par l’Armée canadienne. 1) Insigne de formation de la 1re Division blindée du Canada; 2) Insigne de formation de la 2e Division blindée du Canada; 3) Insigne de formation de la 3e Division blindée du Canada; 4) Insigne de formation de la 4e Division blindée du Canada; 5) Insigne de formation de la 5e Division blindée du Canada (MDN)

Et en juillet de la même année, il annonçait que le gouvernement du Canada rétablissait les insignes de grade, les noms et les écussons traditionnels de l’Armée canadienne.

Durant la Première Guerre mondiale, les écussons de division servaient à distinguer les soldats, souligne de la Défense dans son communiqué. Traditionnellement, et en particulier durant la Première et la Seconde Guerre mondiale, l’Armée canadienne était structurée en divisions – plutôt qu’en secteurs de la Force terrestre – et tout au long de ces conflits, les soldats pouvaient s’identifier les uns les autres par leur écusson de division d’une couleur distinctive.

L’écusson – un insigne de laine melton de couleur de 2 po sur 3 po – sera porté sur l’épaule gauche sur la veste de tenue de service. Par ces cérémonies, l’Armée canadienne reviendra ainsi à son patrimoine divisionnaire traditionnel.

Tous ces changements s’inscrivent dans l’initiative progressive qui a débuté en août 2011, lorsque le nom historique de l’Armée canadienne fut rétabli.

«La réintégration de ces caractéristiques constitue une étape importante du rétablissement des traditions de l’Armée canadienne », avait pour déclaré l’an dernier le lieutenant-général Peter Devlin, alors commandant de l’Armée canadienne. «Les symboles et les traditions sont importants et permettent d’établir un lien avec le patrimoine des soldats. Il est primordial que nos militaires du rang aient la possibilité de porter le même grade que leurs prédécesseurs, et nos officiers porteront fièrement le même insigne que les Canadiens qui ont livré bataille pendant les deux guerres mondiales et la guerre de Corée», avait-il dit.

«Le rétablissement de l’identité historique de l’Armée canadienne renforce les liens entre les soldats d’aujourd’hui les générations de combattants qui les ont précédés, tout en célébrant le fier patrimoine de l’Armée», renchérit aujourd’hui son successeur à la tête de l’Armée canadienne, le lieutenant général Marquis Hainse. «Les membres du personnel de l’Armée canadienne porteront leur écusson de division et feront flotter les drapeaux historiques en sachant qu’ils incarnent une longue tradition de service, tout en demeurant forts, fiers et prêts pour l’avenir.»

«Comme les commémorations de la Première Guerre mondiale débuteront en 2014, c’est le moment idéal pour l’Armée canadienne de restaurer des symboles qui l’unissent à son fier patrimoine», conclut le communiqué de la Défense.