Sur fond de crise, le Canada participe à l’opération OPEN SPIRIT en mer baltique

0
Les dragueurs de mines de l'OTAN déploient pour améliorer la sécurité maritime dans la région de la Baltique (OTAN)
Les dragueurs de mines de l’OTAN déploient pour améliorer la sécurité maritime dans la région de la Baltique (OTAN)

Sur fond de crise et un jour après que nos CF-18 se soient envolés pour participer à la mission de police aérienne de l’OTAN en Europe, le ministre canadien de la Défense Rob Nicholson, a annoncé ce mercredi 30 avril que les Forces armées canadiennes participeront à l’Opération OPEN SPIRIT 2014, en Lettonie, aux côtés de se partenaires de l’OTAN membres.

Les Canadiens participeront à cette opération annuelle de déminage aux côtés de la flottille navale lettone, de militaires de la Belgique, du Danemark, d’Estonie, de Norvège, de Suède, de Finlande, du France, de Pologne, d’Allemagne, de Lituanie, du Turquie, des États-Unis et du Standing NATO Mine Countermeasures Group 1 (SNMCMG1).

L’Opération OPEN SPIRIT est une opération multinationale annuelle liée aux restes d’explosifs de guerre (REG) maritimes qui aura pour base d’opération la base navale lettone de Liepaja, située dans l’Ouest de la Lettonie, sur la mer Baltique, du 9 au 24 mai 2014. Les Forces armées canadiennes y contribueront une équipe de plongeurs-démineurs de la Marine royale canadienne.

Crise Est-Ouest en «fond de scène»

OPEN SPIRIT 2014 se déroulera cette année dans un contexte bien particulier de tensions en Europe.

Il y a deux jours, le 28 avril, par le lieutenant-général Mark Schissler, vice-président du Comité militaire de l’OTAN, réaffirmait la solidarité et l’attachement à la défense collective de l’OTAN «La crise en cours en Ukraine a renforcé la solidarité entre les Alliés et montré notre engagement solide pour maintenir la paix et la sécurité dans la région euro-atlantique est plus forte que jamais», ajoutant que «Soldats, navires et aéronefs de nombreux pays de l’OTAN sont actuellement déployés dans la région pour montrer que l’OTAN, ce n’est n’est pas seulement des paroles, mais des mesures concrètes».

Le général Philip Bredlove, commandant du SACEUR (Commandement suprême des forces alliés en Europe) déclarait pour sa part «Au cours de cette période de tension, nous avons estimé qu’il convient de déployer SNMCMG1 de la mer Baltique dans le cadre d’un vaste ensemble de mesures prises par les forces maritimes, terrestres et aériennes de l’OTAN» «Notre intention», a précisé le général «n’est pas d’aggraver la situation, mais plutôt de démontrer notre solidarité forte comme alliance et accroître notre état ​​de préparation. Pendant le déploiement, le groupe participera à de nombreuses visites portuaires et à une opération annuelle de déminage organisée par la Lettonie le mois prochain. Les navires feront, avec les navires de pays partenaires, la chasse aux mines, torpilles et des bombes posées dans la Baltique pendant la Première et la Seconde Guerres mondiales».

OPEN SPIRIT 2014 se déroulera donc cette fois en pleine crise ukrainienne alors que l’Est et l’Ouest fourbissent leurs armes et jouent des muscles et alors que le Pentagone envisage des mesures supplémentaires de soutien aux États baltes.

Opération annuelle de déminage

OPEN SPIRIT n’en reste pas moins une opération annuelle de déminage annuelle des restes d’explosifs de guerre (REG).

La mer Baltique a été le théâtre d’importants combats lors de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale, notamment des bombardements aériens, un appui-feu naval, la pose de mines et la guerre sous-marine.

Les REG sont des munitions qui ont été tirées, mais qui n’ont pas explosées et qui constituent potentiellement une menace à la sécurité dans le secteur.

L’élimination des REG réduit les risques aux routes de navigation et à la pêche dans la mer Baltique.

L’opération se déroule dans l’esprit du Partenariat pour la paix, et ce, par rotation entre les états baltiques membres de l’OTAN : la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie et, cette année, l’opération sera menée par la flottille navale lettonne et se déroulera dans les eaux territoriales et la zone économique exclusive de la Lettonie.

La mission du SNMCMG1 vise à fournir une capacité continue et à grande portée de lutte contre les mines navales dans le cadre d’opérations en temps de paix comme en temps de guerre. Le Groupe participe aussi à des opérations de recherche et de neutralisation de l’OTAN, mais aussi de concert avec des partenaires de l’OTAN.

«Les Forces armées canadiennes possèdent des équipes de neutralisation des explosifs et munitions parmi les plus compétentes, les mieux entraînées et expérimentées dans le monde. C’est avec fierté que nous les voyons collaborer avec nos partenaires de l’OTAN pour améliorer la sécurité de navigation dans les eaux de la mer Baltique», a déclaré à ce propos le lieutenant-général Stuart Beare, commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada.

L’opération OPEN SPIRIT 2014 permet alors aux Forces armées canadiennes de mener des opérations avec nos les partenaires du Canada en matière de sécurité et de défense et «de renforcer ces importantes relations».

L’opération permettra aussi aux plongeurs-démineurs de la Marine royale canadienne de développer des capacités avancées de neutralisation des munitions.

L’équipe canadienne de plongeurs-démineurs provient de l’Unité de plongée de la Flotte (Atlantique), de la base des Forces canadiennes Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Pour sa part, le ministre canadien de la Défense n’a pas manqué de a souligner que «La contribution de cette équipe de plongeurs-démineurs de la Marine royale canadienne à l’opération Open Spirit démontre le soutien du Canada envers les initiatives du Partenariat pour la paix tout en améliorant notre capacité à mener des opérations avec nos partenaires de l’OTAN, y compris nos alliés clés en Europe de l’Est».

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.