Syrie: au moins 25 morts et 107 blessés dans deux attentats à la voiture piégée à Homs

29
Deux attentats à la voiture piégée ont fait au 25 morts et 107 blessés à Homs le 9 avril 2014 (SANA)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Deux attentats à la voiture piégée ont fait au 25 morts et 107 blessés à Homs le 9 avril 2014 (SANA)
Deux attentats à la voiture piégée ont fait au 25 morts et 107 blessés à Homs le 9 avril 2014 (SANA)

Vingt-cinq personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées et 107 autres ont été blessés dans deux attentats à la voiture piégée dans la rue d’al-Kheder dans le quartier de Karem al-Loz dans la ville de Homs, rapporte l’agence officielle syrienne SANA.

Les rebelles ont fait exploser une voiture piégée¨à proximité du magasin des douceurs d’al-Bader dans la rue d’al-Khader, puis, une demi-heure plus tard, ils ont fait exploser une autre voiture, rapporte l’agence, citant une source au sein du gouvernorat.

Les deux attentats, selon la même source, ont causé de grands dégâts matériels dans les biens des citoyens, les magasins et les voitures sur place.

Pour sa part, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), un organisme indépendant qui s’appuie un large réseau de militants et de sources médicales sur le terrain, en Syrie, faisait pour sa part état de 21 morts il y a environ une heure, L’OSDH précisait en outre indiqué que le quartier visé était habité par des alaouites, la confession du président syrien Bachar al-Assad.

Par ailleurs, l’armée syrienne a pris mercredi le contrôle total de Rankous, dernière grande localité tenue par les rebelles dans la région du Qalamoun, située au nord de Damas et à la lisière du Liban.

«Des unités de l’armée viennent d’achever leurs opérations dans Rankous, rétablissant la sécurité et la stabilité dans cette localité après avoir tué un grand nombre de terroristes», a affirmé une source militaire citée par la télévision officielle syrienne.

Le régime syrien désigne indistinctement comme «terroriste» tous les rebelles, de quelque allégeance qu’ils soient, qui combattant le régime.

L’OSDH a aussi confirmé «l’entrée de l’armée dans cette localité et fait état de combats très durs ainsi que de bombardements intensifs».

Toujours selon l’OSDH, les combattants du mouvement chiite libanais Hezbollah, qui soutiennent les forces du régime, sont en première ligne dans les combats de Rankous, une ville située à 45 km au nord de Damas et qui comptait 20.000 habitants avant le début de la guerre en 2011.

Un autre bastion tenu par les insurgés, Yabroud, avait été repris le 15 mars dans cette même région. Avec cette capture, les forces rebelles avaient vu leurs routes d’approvisionnement du Liban coupées.

L’armée syrienne, appuyée par le mouvement chiite libanais Hezbollah a pour objectif de fermer hermétiquement le secteur frontalier du Liban qui sert de base arrière aux rebelles que Damas accuse en outre d’acheminer armes et combattants depuis le Liban via ce secteur stratégique.

Mais, selon le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, cité par l’Agence France-Presse estime quant à lui que, malgré la prise des deux villages, «il sera difficile pour le régime de contrôler la totalité de la frontière», qui s’étend dans la région de Qalamoun sur des dizaines de kilomètres.