Ukraine: la situation pourrait devenir incontrôlable, prévient Ban Ki-moon

0
Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avec le Président par intérim de l’Ukraine, Oleksandr Turchynov, à Kiev, en mars 2014 (Archives/ONU)
Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avec le Président par intérim de l’Ukraine, Oleksandr Turchynov, à Kiev, en mars 2014 (Archives/ONU)

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exprimé hier, jeudi 24 avril sa profonde inquiétude concernant la situation dans l’est de l’Ukraine, estimant qu’elle pourrait rapidement devenir incontrôlable.

L’Ukraine a lancé jeudi 24 avril un assaut contre Slaviansk, bastion des militants pro-russes dans l’Est du pays, qui a déjà fait cinq morts, ouvrant la porte à une intervention russe alors que Vladimir Poutine dénonce l’opération comme «un crime» qui aura des conséquences.

«Le Secrétaire général est profondément préoccupé par la poursuite de la violence dans l’est de l’Ukraine, qui a entraîné des pertes en vies humaines, une instabilité accrue et qui contribue à un climat de peur et d’angoisse », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

«Alors que les enjeux sont désormais élevés, le Secrétaire général est très préoccupé par le fait que la situation puisse rapidement devenir incontrôlable avec des conséquences impossibles à prévoir. Il souligne, dans les termes les plus forts, la nécessité pour toutes les parties d’honorer leurs engagements contenus dans la Déclaration de Genève. L’action militaire doit être évitée à tout prix», a-t-il ajouté.

Car, pour l’instant, alors que chacun fourbit ses armes, le dialogue entre l’Est et l’Ouest et de plus en plus un dialogue de sourds.

Les autorités russes ne cessent donc de dire que les populations ukrainiennes d’origine russe sont menacées par les nationalistes qui soutiennent le pouvoir pro-occidental en place à Kiev depuis la destitution de Viktor Ianoukovitch.

Washington et Kiev continuent de leur côté de reprocher à Moscou d’avoir massé des soldats à la frontière et de soutenir les insurgés de l’Est de l’Ukraine en ayant envoyé des agents armés.

Le Secrétaire général «appelle toutes les parties à éviter immédiatement toute violence, intimidation ou provocation et à trouver une voie vers la désescalade.»

Pendant ce temps, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a déclaré que la violence résultant de l’opération anti-terroriste de l’Ukraine dans l’est de l’Ukraine a incité la Russie à lancer des exercices militaires dans l’ouest de la Russie.

«Les forces sont clairement inégales», a déclaré Choïgou lors d’une réunion du collège ministériel.

«Si cette machine militaire n’est pas arrêtée aujourd’hui, cela va conduire à un grand nombre de morts et de blessés», a-t-il poursuivi.

De son côté, l’ambassadeur de la Russie auprès des Nations Unies, Vitali Tchourkine, a déclaré, jetant de l’huile sur le feu, que la Russie se souviendra de l’autorisation d’utiliser les forces armées en Ukraine accordée au président Poutine par le Conseil de la Fédération, la Chambre haute du parlement russe, le président Vladimir Poutine, si les événements tournent mal dans le sud-est de l’Ukraine, précisant toutefois que la Russie ne cherche pas ce scénario. «La tâche principale maintenant est de désamorcer le conflit», a-t-il ajouté.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.