Vingt ans après la guerre civile, des milliers de Yéménites manifestent pour l’indépendance du Sud

0

Ils étaient plusieurs milliers de Yéménites à s’être rassemblés dimanche à Moukalla et à Aden pour commémorer les 20 ans de la guerre civile et réclamer l’indépendance du Sud qui était un État indépendant avant la réunification de 1990.

Le slogan clé de la manifestation qui a été entendu à de multiples reprises est sans équivoque: «Nous revendiquons l’indépendance». «Nous jurons de ne plus accepter d‘être gouvernés par Sanaa», a crié la foule en arborant les drapeaux de l’ancien Yémen du Sud sur une place de Moukalla, capitale de la province du Hadramout, dans le sud-est du Yémen.

Le 27 avril 1994, l’ancien président Ali Abdallah Saleh a déclaré la guerre aux Sudistes après une tentative de séparation, quatre ans après la fusion des deux Yémen en un seul pays et 27 ans après la fin de la domination coloniale britannique. L’armée nordiste avait écrasé cette tentative mais une partie de Sudistes, qui se sentent discriminés par le Nord, continuent de réclamer la renaissance de l’ancien Yémen du Sud.

La frange dure du Mouvement sudiste a boycotté le dialogue national au Yémen qui a abouti à l’adoption du principe d’un Yémen fédéral composé de six régions dont deux dans le Sud.

L’un des organisateurs de la manifestation Khaled al-Kouthaïri a réaffirmé le rejet par la faction de Hassan Baoum des résultats du dialogue national qui ne reconnaît pas, selon lui, le «droit du Sud à être libre et à reconstituer son Etat».

Un autre activiste de la cause sudiste, Basser Bakazkouz, a déclaré que «le rassemblement est un message adressé au monde pour dire que le Sud est sous occupation depuis le début de la guerre en 1994».

Les organisateurs ont appelé à l’«unité des Sudistes pour faire face à l’occupation du Nord».

Dans la capitale de l’ancien Yémen du Sud, à Aden, des milliers de séparatistes ont également manifesté, mais n’ont pu se rassembler sur une place de la ville en raison des forces de l’ordre qui les en ont empêchés. Une source de l’AFP au sein des services de sécurité a expliqué cette décision par la présence près du lieu de rassemblement de QG des forces de sécurité, de consulats étrangers et de bureaux d’organisations internationales.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.