Washington va reprendre en partie son aide militaire à l’Égypte

0
En visite à Abou Dhabi, le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a déclaré, ce jeudi, que les Etats-Unis pensaient que le régime syrien a utilisé des armes chimiques à petite échelle (Photo: Archives/Glenn Fawcett/DoD)
En visite à Abou Dhabi, le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a déclaré, ce jeudi, que les Etats-Unis pensaient que le régime syrien a utilisé des armes chimiques à petite échelle (Archives/Glenn Fawcett/DoD)

Les États-Unis vont partiellement lever la suspension de l’aide militaire à l’Égypte qu’elle avait imposée après la terrible répression contre les partisans de Mohamed Morsi et vont ainsi livrer dix hélicoptères d’attaque.

Lors d’une conversation téléphonique avec son homologue égyptien, le général Sedki Sobhi, le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a informé le ministre Sobhy de la décision du président Obama de livrer dix hélicoptères Apache en appui aux opérations de contre-terrorisme de l’Égypte dans le Sinaï. Hagel a fait remarquer qu’il croit «que ces nouveaux hélicoptères aideront le gouvernement égyptien contre les extrémistes qui menacent les États-Unis, l’Égypte, et la sécurité d’Israël. C’est un élément des efforts plus larges du président pour travailler avec les partenaires de la région à renforcer leur capacité à lutter contre les menaces terroristes, et l’intérêt de la sécurité nationale des États-Unis».

L’exécutif américain va également demander au Congrès de débloquer 650 millions $, sur les 1,5 milliard d’aide, essentiellement militaire, prévue en 2014 pour l’Égypte, a affirmé mercredi la porte-parole du département d’Etat, Jennifer Psaki. Les fonds dégelés seront essentiellement utilisés pour des programmes de lutte contre le terrorisme, de sécurité des frontières et de non-prolifération.

Le gouvernement américain avait décidé en octobre de recalibrer son assistance au Caire en représailles à la répression des partisans du président islamiste Mohamed Morsi, destitué par l’armée le 3 juillet.

Washington avait ainsi gelé la livraison d’équipements lourds tels que des hélicoptères de combat Apache, des avions de chasse F-16, des pièces détachées de chars Abrams et missiles Harpoon.

Depuis, Washington, allié du Caire depuis 35 ans, tance régulièrement les autorités intérimaires installées par l’armée pour la lenteur de la transition démocratique et leur mauvais bilan en termes de droits de l’homme et de libertés publiques.

Mais les Etats-Unis sont également soucieux de maintenir leurs intérêts stratégiques en conservant la coopération antiterroriste avec Le Caire et le respect des accords de paix israélo-égyptiens.

Lors de son entretien téléphonique, Chuck Hagel a informé son homologue que Washington n’était pas encore en mesure de certifier que l’Egypte prenait des mesures de soutien à une transition démocratique, selon le communiqué du Pentagone. Il a appelé le gouvernement égyptien à démontrer les progrès (réalisés) en faveur d’une transition qui respecte les droits de l’homme et les libertés fondamentales de tous les Egyptiens, ajoute-t-il.

Le gel sur la livraison des chars Abrams, des chasseurs F-16 et des missiles antinavire Harpoon est toujours maintenu.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.