Afghanistan: un soldat américain aux mains des Talibans libéré contre cinq prisonniers de Guantanamo

Le soldat américain Bowe Bergdahl (g), otage des Talibans en Afghanistan, le 7 décembre 2010 (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le soldat américain Bowe Bergdahl (g), otage des Talibans en Afghanistan, le 7 décembre 2010 (AFP)
Le soldat américain Bowe Bergdahl (g), otage des Talibans en Afghanistan, le 7 décembre 2010 (AFP)

Les États-Unis ont annoncé ce samedi 31 mai la libération d’un soldat américain retenu en Afghanistan depuis près de cinq ans, une remise en liberté obtenue, semble-t-il, contre le transfert de cinq prisonniers de Guantánamo vers le Qatar qui a servi d’intermédiaire dans cet échange.

Le sergent Bergdahl avait été capturé le 30 juin 2009 en Afghanistan et les talibans avaient diffusé plusieurs vidéos prouvant qu’il était vivant.

«Aujourd’hui, les Américains sont heureux de pouvoir accueillir à la maison le sergent Bowe Bergdahl, emprisonné depuis près de cinq ans. Au nom du peuple américain, j’ai eu l’honneur d’appeler ses parents pour exprimer notre joie à l’idée qu’ils puissent s’attendre à son retour en toute sécurité», a déclaré par voie de communiqué le Président américain, Barack Obama,ajoutant «Aujourd’hui, nous nous souvenons aussi les nombreux soldats retenus prisonniers ou portées disparues au cours des guerres de l’Amérique. La retour du sergent Bergdahl est un rappel de l’engagement inébranlable de l’Amérique à ne laisser aucun homme ou une femme en uniforme derrière sur le champ de bataille».

Barack Obama a aussi dans son message exprimer sa «plus grande reconnaissance à l’émir du Qatar pour avoir aidé à sécuriser le retour de notre soldat». «L’engagement personnel de l’émir est une preuve du partenariat entre nos deux pays», a encore souligné le Président américain, qui a aussi remercié aussi le gouvernement afghan pour son aide dans la libération du prisonnier.

«J’adresse ma gratitude personnelle au gouvernement du Qatar- et en particulier à l’émir, Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani – qui a joué un rôle déterminant dans le retour à la maison sergent Bergdahl», a déclaré quant à lui le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, notant que l’Amérique travaillait tous les jours avec le Qatar sur une série de priorités de politique étrangère critiques. Cet effort […] illustre l’importance vitale de notre partenariat avec le Qatar».

Quelques minutes plus tard, le Secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a annoncé de son côté que cinq prisonniers de Guantánamo allaient être libérés. Le chef de la Défense américaine a alors expliqué, sans toutefois explicitement établir un lien direct entre les deux événements annoncés simultanément, avoir «informé le Congrès de la décision de transférer cinq détenus de Guantánamo vers le Qatar »».

John Kerry a aussi déclaré pour sa part dans le communiqué publié aujourd’hui s’être entretenu ce samedi avec le président afghan Hamid Karzaï sur ce dernier «développement et pour discuter des annonces cette semaine du président Obama».

Le président américain a annoncé mardi son intention maintenir 9.800 soldats après 2014, au lieu de 32.000 actuellement, qui quitteront progressivement le pays d’ici à la fin 2016, à condition, bien sûr, que le futur président afghan signe le Traité bilatéral de sécurité (BSA).

Même si la présence militaire américaine en Afghanistan au delà de 2014 est conditionnelle la signature du BSA par le président afghan, ce à quoi se refuse président Hamid Karzaï, l’administration Obama que les deux candidats qualifiés pour le second tour à la présidentielle afghane prévu pour le 14 juin signeront le traité.