Autant en rapporte le vent

4

Le vent me rapporte que Boeing a lancé une campagne féroce contre le F-35.

Boeing voudrait maintenir la chaîne de production du F-18, il a réussi à faire voter, dans le budget US, l’achat des fameux « long-lead items ». Cet achat devait se décider en ce début d’année pour que le matériel acheté soit disponible à temps, au cas où on prolongeait la production des F-18 au delà des avions déjà commandés.

But Boeing notes the US government’s recently-passed fiscal year 2014 budget includes $75 million for “advanced procurement” of F/A-18 long-lead materials like forgings for bulkheads and landing gears.

Mais cela ne suffit pas, Boeing attaque le seul point un peu original du F-35, c’est-à-dire sa furtivité.

L’argument consiste à relativiser l’intérêt de la furtivité, compte tenu des progrès que l’on constate du coté des équipements de détection. En particulier Boeing met en avant les radars AESA en VHF pour conclure qu’il faudra toujours gérer l’ensemble du spectre électromagnétique et qu’on aura besoin de brouilleurs, tels que ceux portés par le F-18 Growler pour cela.

Cet argumentaire est de bonne guerre de la part de Boeing, mais dans le fond, a-t-il raison? Y a-t-il vraiment une approche alternative, valable, à la furtivité? Et les brouilleurs sont ils un élément essentiel de cette approche?

C’est un domaine où on ne peut pas apporter de réponse catégorique, mais on va essayer d’éclairer un peu le sujet.

Le F-18 Growler peut porter jusqu’à cinq Pod de brouillage ALQ-99. Chaque Pod a sa propre alimentation électrique, ses propres antennes qui peuvent être dirigées mécaniquement vers les menaces, le système est modulaire et peut être configuré en tenant compte des besoins de la mission. Les Pod sont utilisés pour brouiller des radars et des systèmes de communication.

Techniquement l’ALQ-99 a été amélioré plusieurs fois. Initialement il devait émettre seulement une sorte de bruit blanc dans la fréquence à brouiller, les améliorations ont porté sur le nombre de bandes qui pouvaient être brouillées sur la possibilité de localiser les menaces et de diriger les antennes de brouillage dans leurs directions et sur une capacité de brouillage réactive et sélective contre les systèmes LPI.

La Navy a lancé un appel d’offre pour un brouilleur de nouvelle génération qui amplifiera cette évolution en augmentant la distance de brouillage, la réactivité du brouilleur, le nombre de signaux de brouillage simultanés possibles. De plus les antennes mécaniques seront remplacées par des antennes AESA et les interférences avec les systèmes amis devront être limitées.

Les défenseurs du F-35 disent que celui-ci a déjà cette agilité et qu’il est donc capable de faire du brouillage intelligent, ce qui supprime le besoin d’un avion spécialisé.

Mais le F-35 fait cela avec son Radar, il est donc limité à la bande X pour ses capacités de brouillage, ce qui est intéressant mais pas suffisant. De plus un avion furtif qui fait du brouillage signale sa présence et même signale qu’il est furtif car l’ennemi verra bien son signal de brouillage mais il n’aura pas l’écho radar correspondant. Cette possibilité de brouillage ne semble donc utilisable, qu’en dernier ressort, contre un missile, quand toutes les autres manœuvres ont échouées.

Avec toutes ces possibilités techniques, il est possible d’utiliser plusieurs méthodes de brouillage sophistiquées:

On peut réémettre un signal après l’avoir modifié pour fausser les informations reçues par le radar. Ainsi on peut fausser la distance de la cible ou sa vitesse ou encore l’angle d’incidence de la cible en émettant des données supplémentaires dans les lobes secondaires du radar. On peut voler la fenêtre de télémétrie et déverrouiller l’autodirecteur d’un missile, on peut faire beaucoup de chose et on a même dit que SPECTRA, le système de guerre électronique du Rafale, était capable de réaliser une sorte de furtivité électronique.

La rumeur est née après la publication d’un article de Bill Sweetman « A Stealthier Rafale? » dans Aviationweek. L’article ne semble plus disponible en ligne, mais de nombreux extraits ont été cités dans les forums. Le principe serait de renvoyer le signal du radar comme si c’était la réflexion du signal sur la surface de l’avion, mais avec un décalage d’une demi-phase. Ainsi le signal électronique se superposerait au signal réfléchis et l’annulerait.

Je n’irais pas jusqu’à prétendre que c’est possible aujourd’hui, mais est-ce que ce sera possible un jour? La furtivité passive du type de celle du F-35 dépend des formes et des matériaux employés, la furtivité électronique dépendrait de la puissance de calcul disponible. Le domaine électronique évolue beaucoup plus vite que ceux qui fondent la furtivité passive, on peut donc penser qu’un jour l’électronique aura rattrapé les performances de la furtivité passive, et donc à relativement long terme Boeing a raison.

Là où c’est gênant pour le F-35 c’est que ce programme a généré de tels retards qu’on peut se demander si la furtivité électronique ne sera pas au rendez vous avant que le F-35 ne soit déclaré pleinement opérationnel (capable d’aller au combat).

Il semble bien que la bataille soit engagée entre Boeing et l’US Navy d’une part et Lockheed-Martin et l’USAF d’autre part. Pour Boeing le but est de sécuriser la commande de 22 F-18 Growler afin de maintenir ouverte la ligne de production du F-18 en attendant des commandes export. Pour Lockheed-Martin le but est de supprimer toute possibilité d’alternative au F-35.

La bataille est intéressante car elle se porte sur la technique, ce qui entraîne l’utilisation d’arguments nouveaux de la part d’acteurs crédibles. C’est une occasion d’en apprendre un peu plus dans un domaine où en général on ne communique pas trop.

Retraité, Richard Rutily a travaillé toute sa carrière dans des sociétés privées pour des contrats militaires ou de haute technologie et nécessitant une habilitation au Secret défense. Il a ainsi travaillé chez Dassault, Matra, EADS, Aérospatiale et Astrium.

Discussion4 commentaires

  1. Jean Rouleau

    Ont viens de se faire passer un balais dans le cul par la clique de Harper, un rapport favorable pour le F 35, a cause qu'il y a des pays qui ont reviser a la hausse leur achat ben voyons si une personne saute d'un montagne ont n'est pas obliger de faire pareil et surtout que les pays qui ont reviser leur achat sont fournisseurs pour construire des pièces pour ce citron de F35 un avion qui va mettre notre economie sur le cul et de dépendre des U.S.A. au lieu d'acheter le rafale de Dassault avec les retombés économiques a 100% canadien une perte totale pour le Québec, qui a ce jours a perdus 37000 emplois en deux mois et que l'Ontario et l'ouest canadien ont eu une augmentation d'emplois permanent. Harper cause la perte du Québec et notre Couillard ne fait rien pour réagir. Ont va disparaitre de la carte nous sommes en danger de perdre notre français au détriment de l'anglais et dans 5 ans vous allez voirs ce que je dis nous allons devenir une province la plus pauvre et la plus détester mème un député du parti conservateur du Québec a dit que le Québec arrète de mendier et de profiter des péréquations. Dire que bientôt nous allons faire l'extraction du gaz de schiste et faire les mëme erreurs que les américains polluer les champs les cours d'eau pour un gas qui va profiter au petrolière et qui vont ruiner l'environnement et nos sources d'eau potable. Et de plus ont se fait passer pour une gang de BS sans honneur