Crise ukrainienne: de la retenue, mais il faut rester ferme pour Marc Garneau

0

Les pertes de vie survenues pendant l’agitation à Odessa le 2 mai sont tragiques. Ces violences ont été les plus graves depuis qu’au moins 88 personnes ont été tuées à Kiev pendant des manifestations contre l’ancien président Ianoukovitch le 20 février. Le Canada devrait condamner tous ces actes de violence, qu’ils soient commis par les forces pro-Kiev ou pro-russes.

La seule solution pour le peuple ukrainien viendra de la négociation et d’un mécanisme national démocratique légitime de règlement des différends.

Le gouvernement ukrainien en place s’active à organiser une élection présidentielle légitime le 25 mai. Sa tâche est d’autant plus difficile que la Russie ne cesse ses incursions sur son territoire. Le président Poutine a déjà occupé la Crimée, bien sûr. Il a massé des troupes le long de la frontière orientale de l’Ukraine. Il a déclaré qu’il lancera une intervention militaire s’il juge que les droits des russophones en Ukraine ne sont pas respectés. Il semble également permettre à diverses forces clandestines et irrégulières de traverser la frontière pour prêter main-forte aux séparatistes dans l’Est de l’Ukraine. Il contribue ainsi à envenimer la situation, ce qui encourage les séparatistes à se retrancher et à durcir leur opposition au gouvernement ukrainien.

L’ensemble des acteurs de la crise ukrainienne doivent faire preuve de toute la retenue possible – pas seulement les militaires et la police, mais aussi les civils – et trouver des solutions pacifiques aux conflits qui couvent dans tout le pays.

La cause profonde de l’instabilité qui continue d’agiter le pays est cependant l’ingérence de la Russie de Poutine. Pour cette raison, il convient que le Canada et ses alliés accentuent la pression sur la Russie en lui imposant de nouvelles sanctions économiques.

Marc Garneau est député de Westmount — Ville-Marie, au Québec, depuis le 14 octobre 2008. Il est porte-parole du Parti libéral du Canada (PLC) en matière d'Affaires étrangères.

Les commentaires sont fermés.