Crise ukrainienne: le Canada participe aussi à l’exercice ORZEL ALERT en Pologne

1
Des membres du 425e escadron d'appui tactique alors qu'il montaient à bord d'un CC-150 Polaris pour s'envoler le 29 avril vers l'Europe dans  le cadre de la contribution canadienne aux mesures prises par l’OTAN pour rassurer les pays voisins de la Russie en Europe centrale et en Europe de l’Est (MDN)
Des membres du 425e escadron d’appui tactique alors qu’il montaient à bord d’un CC-150 Polaris pour s’envoler le 29 avril vers l’Europe dans le cadre de la contribution canadienne aux mesures prises par l’OTAN pour rassurer les pays voisins de la Russie en Europe centrale et en Europe de l’Est (MDN)

Le Premier ministre Stephen Harper a annoncé ce vendredi 2 mai que des soldats de l’Armée canadienne prendraient part à l’exercice ORZEL ALERT à Swidwin, en Pologne, du 5 au 9 mai, dans le cadre de mesures prises par l’OTAN pour rassurer les pays voisins de la Russie en Europe centrale et en Europe de l’Est.

Une cinquantaine de soldats de la 3e Division du Canada, basée à Edmonton, en Alberta, comptant les membres d’un peloton du 3e Bataillon, Princess Patricia’s Canadian Light Infantry et du personnel de soutien, partiront aujourd’hui le 2 mai.

Ils feront de l’entraînement en parachutisme, en opérations aériennes et en infanterie, aux côtés de leurs homologues polonais et américains dans le cadre de cet exercice dirigé par les États-Unis, qui vise à rehausser l’interopérabilité et la préparation de l’Alliance.

«La persistance de l’agression militaire et de l’occupation illégale du régime Poutine en Ukraine menace la stabilité et la sécurité de l’Europe centrale et de l’Europe de l’Est», a déclaré le Premier ministre Harper. «En prenant part à l’exercice ORZEL ALERT aux côtés des alliés de l’OTAN, les soldats canadiens contribueront à favoriser la stabilité et la sécurité dans la région et montreront que la communauté internationale ne reste pas sans rien faire face au militarisme et à l’expansionnisme de la Russie», a affirmé le premier ministre canadien.

L’Armée canadienne s’est entraînée avec l’Armée polonaise à de nombreuses occasions, rappelle le communiqué du Bureau du Premier ministre qui annonce la participation canadienne à l’exercice ORZEL ALERT.

Des parachutistes canadiens et polonais se sont entraînés ensemble au Québec lors de l’exercice RAFALE BLANCHE 2014, du 28 janvier au 5 février 2014.

Des soldats canadiens se sont aussi joints aux mentors américains pour préparer un quartier général polonais à partir pour l’Afghanistan, au mois d’octobre dernier.

L’Armée canadienne s’est également entraînée avec des homologues polonais, lituaniens et ukrainiens dans le cadre de l’exerce MAPLE ARCH, du 9 au 20 septembre 2013. Et des soldats canadiens et polonais ont également participé à l’exercice RAPID TRIDENT, les 8 et 9 juillet 2013.

Les soldats canadiens et américains s’entraînent souvent à titre d’alliés continentaux ou de l’OTAN, souligne le Bureau du premier ministre canadien.

L’engagement canadien

Le Canada s’investit totalement dans la crise ukrainienne et pas une semaine ne passe, ou presque, depuis le début de la crise sans que qu’Ottawa n’annonce de nouvelles mesures.

  • Cette semaine, 228 militaires canadiens et six CF-18 sont également partis mardi 29 avril de la base de Bagotville rejoindre la Roumanie.
  • Puis, le 30 avril, les Canada a annoncé que ses les Forces armées participeront à l’opération OPEN SPIRIT 2014, en Lettonie, aux côté de ses partenaires de l’OTAN.
  • Le même jour, le Premier ministre canadien Stephen Harper annonçait aussi que le Canada allait redéployer sa frégate NCSM Regina, qui se trouvait dans l’Océan Indien, auprès des forces navales permanentes de l’OTAN afin de contribuer aux mesures de renfort de l’Alliance atlantique pour favoriser la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

Le Canada est aussi à la tête d’une équipe de contrôle des armements en Ukraine qui mène actuellement une série de missions coordonnées en Ukraine (à l’exception de la Crimée) dans le cadre du Document de Vienne 2011 (DV11) et qui a pour but de dissiper les inquiétudes relatives aux activités militaires inhabituelles en Ukraine, et d’assurer une présence internationale continue de militaires sur le terrain.

En outre, signe de l’importance que le Canada accorde aux élections présidentielles  anticipées du 25 mai en Ukraine, le Premier ministre Harper a annoncé le 23 avril un soutien destiné à trois nouvelles initiatives d’un coût total de 10,8 millions $ «qui favoriseront la démocratie dans ce pays» en envoyant jusqu’à 500 observateurs surveiller les élections.

Premier pays occidental à reconnaître l’indépendance de l’Ukraine face à l’Union soviétique en 1991, le Canada est, depuis le début de la crise ukrainienne en février, un soutien indéfectible du nouveau pouvoir à Kiev.

Le ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas à Ottawa

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères John Baird et le ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas, M. Frans Timmermans, ont fait  pour leur part une déclaration  commune d’appui aux autorités de Kiev suivante à l’issue de la visite du ministre néerlandais à Ottawa.

«Aujourd’hui, devant le comportement inacceptable de la Russie, le Canada et les Pays-Bas s’unissent pour appuyer l’avenir démocratique de l’Ukraine en tant qu’État européen souverain, uni et prospère, libre de toute ingérence et menace de la part de la Russie», dit la déclaration qui condamne «vivement le recours à la provocation de la Russie, notamment l’accroissement de la présence militaire le long de ses frontières» et affirme que le Canada et les Pays-Bas continueront de collaborer étroitement afin de soutenir le peuple ukrainien alors qu’il s’apprête à tenir des élections».

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.