Enlèvements des lycéennes au Nigeria: 80 militaires américains sont arrivés au Tchad

0
Capture d'écran réalisée à partir de la video obtenue lundi 12 mai 2014 par l'AFP auprès du groupe islamiste extrêmiste Boko Haram, montrant une centaine de jeunes femmes présentées comme les lycéennes nigérianes enlevées mi-avril (AFP)
Capture d’écran réalisée à partir de la video obtenue lundi 12 mai 2014 par l’AFP auprès du groupe islamiste extrêmiste Boko Haram, montrant une centaine de jeunes femmes présentées comme les lycéennes nigérianes enlevées mi-avril (Archives/AFP)

Quelque 80 militaires américains ont été déployés au Tchad dans le cadre des recherches de écolières enlevées au Nigeria voisin le mois dernier, a annoncé mercredi le président Barack Obama dans une lettre au Congrès.

Ces soldats «soutiendront les opérations de renseignement, de surveillance et de vols de reconnaissance pour des missions au-dessus du nord du Nigeria et des régions voisines», a expliqué M. Obama.

Cette lettre a été envoyée conformément à la loi sur les «pouvoirs de guerre», qui dispose que le président doit informer la branche législative d’un déploiement militaire à l’étranger.

Ces soldats «resteront au Tchad jusqu’à ce que leur soutien pour résoudre la situation des enlèvements ne soit plus requis», selon la lettre.

Les 80 militaires envoyés seront chargés de faire fonctionner un drone non-armé, qui est également envoyé au Tchad, a ajouté un porte-parole du Pentagone, le colonel Steve Warren, sans préciser le type d’appareil concerné.

Washington a déjà effectué ces derniers jours des vols de drones au-dessus des zones où pourraient avoir été emmenées les jeunes filles. Le Pentagone n’a pas précisé leur base d’origine -vraisemblablement Niamey (Niger)- mais considère que l’ajout d’un drone au Tchad permettra d’avoir une présence accrue au-dessus de la zone d’intérêt.

Cette annonce intervient alors que le Nigeria connaît un déchaînement de violence attribué à l’insurrection des islamistes de Boko Haram. Ceux-ci ont revendiqué l’enlèvement des 276 écolières en avril à Chibok.

Boko Haram a aussi revendiqué une série d’attaques spectaculaires depuis un mois et demi, dont deux attentats à la voiture piégée à Abuja, la capitale fédérale, qui ont tué au total une centaine de personnes.

Près de 150 personnes ont en outre péri en deux jours au Nigeria, dans des attaques de villages dans le Nord-Est et un attentat à Jos, condamné par les États-Unis qui ont plaidé pour la lutte contre Boko Haram.

«Ces attaques odieuses contre des civils nigérians sans défense et l’enlèvement le mois dernier par Boko Haram de plus de 200 jeunes filles sont des actes terroristes inadmissibles qui exigent (une réponse) de la justice», a estimé dans un communiqué le département d’État américain.

La diplomatie américaine a également condamné un attentat suicide qui avait fait quatre morts le 18 mai à Kano, dans le nord du Nigeria.

Mais si le communiqué de Washington fait mention du groupe islamiste armé Boko Haram pour le rapt des écolières de Chibok, il ne lui attribue pas directement la responsabilité des attentats commis cette semaine.

Cet enlèvement a déclenché une mobilisation internationale, avec l’envoi sur le terrain par les États-Unis d’avions, de drones et d’une trentaine de civils et militaires.

Même si les Américains aident Abuja, ils ont vivement critiqué le président nigérian Goodluck Jonathan pour sa gestion de la crise et son incapacité à stopper la spirale de violence qui a fait plus de 2000 morts depuis le début de l’année.

Confronté à une situation «difficile», le gouvernement nigérian n’en a pas moins les moyens de «faire des progrès significatifs dans sa bataille contre Boko Haram», a toutefois encouragé une cadre du département d’État, Sarah Sewall, qui témoignait devant la Chambre des représentants.

La porte-parole du département d’État Jennifer Psaki a elle aussi estimé qu’il n’était «pas trop tard» pour agir contre le groupe islamiste armé «compte-tenu des atrocités en cours».

Elle n’a pas donné d’informations sur le sort des jeunes filles aux mains de Boko Haram, assurant simplement que «les recherches continuent, sous la direction du Nigeria».

Les commentaires sont fermés.