Est ukrainien: le référendum d’autodétermination s’est déroulé malgré tout

0
File d'attente devant un bureau de vote le 11 mai 2014 à Donetsk(Genya Savilov/AFP)
File d’attente devant un bureau de vote le 11 mai 2014 à Donetsk(Genya Savilov/AFP)

Des milliers d’Ukrainiens de l’Est se pressaient aux urnes dimanche pour un référendum séparatiste jugé «illégal» par Kiev et l’Occident, mais qui pourrait déboucher de facto sur une nouvelle partition du pays, déjà privé depuis mars de la Crimée, rattachée à la Russie après un semblable référendum. On devrait connaître les résultats du référendum dans la nuit de lundi.

—-
Mise à jour au 11/05/2014, à 22h42

Région de Lougansk, scrutin terminé: Les bureaux de vote la région de Lougansk  sont enfin fermés à leur tour, a déclaré à l’agence russe Itar-Tass un  porte-parole de l’organisation du référendum, Vassily Nikitin, affirmant que  «Le taux de participation dans la région était de plus de 80%».

Il a toutefois souligné que des problèmes  «ont surgi dans les zones ((Svatovo, Melovoye, Byelokurakino, et Troitskoye) où l’armée a tenté  d’interférer avec le déroulement du référendum».

—-à 22h11

Le président russe Vladimir Poutine modulera sa réponse  aux  référendums tenus  dimanche sur le statut des régions de  Donetsk et Lougansk régions,  en fonction de «la force de leurs résultats», a déclaré lundi 12 mai (heure de Russie)  au journal économique russe Kommersant  son attaché de presse Dimitri Peskov, ajoutant que  la décision «est difficile à prévoir».

Les États-Unis et l’Union européenne avaient déjà déclaré qu’elle ne reconnaitraient pas les résultats, jugeant ces consultations illégales.

—-à 18h00

Premiers résultats, Donetsk: les premiers résultats donnent 89% de «oui» à l’indépendance dans la région de Donetsk. «89,07% ont voté pour et 10,19% contre. Cela peut être considéré comme le résultat définitif», a déclaré Roman Liaguine, chef de la commission électorale mise en place par les insurgés.  Selon lui, Le taux de participation a atteint 74,87%.

Ces premiers résultats ne concernent que la région de Donetsk et non celle de Lougansk. D’autres résultats devraient être connus plus tard..

à 16h00

Région de  Donetsk, scrutin  terminé:  tous les bureaux de vote fermés et Boris Litvinov, coordinateur de la commission électorale,  dont les propos sont rapportés par l’agence russe Itar-Tass, affirme que que le taux de participation a dépassé 70 pour cent et s’établit à  71,4 pour cent.

Des problèmes sont apparus à Mariupol et Krasnoarmeisl , a déclaré Litvinov. «Pour des raisons de sécurité, les bureaux de vote à Mariupol ont été fermées à 17h00 heure locale  et à 16h00  à Krasnoarmeisk.»

«Les résultats du référendum seront rendus publics dans les deux jours», a-t-il dit, ajoutant toutefois  que les résultats préliminaires seront disponibles dans la nuit de lundi.

—à 15h00, premier incident

Des membres de la Garde nationale ukrainienne ont ouvert le feu sur la foule à l’extérieur de hôtel de ville de Krasnoarmeisk dans l’est de l’Ukraine et un responsable des insurgés de la région, Denis Pouchiline,  a indiqué qu’il y a eu des morts, rapporte l’agence russe Itar-Tass.

L’effusion de sang s’est produite quelques heures après que des dizaines de gardes ont stoppé le vote au référendum sur la souveraineté dans la région. Un photographe de l’agence américaine  Associated Press, témoin de l’incident,  et que l’on ne peut pas suspecter de connivence avec les pro-russes, rapporte  lui aussi avoir vu au moins deux corps immobiles gisant au sol.

—à 13h45

Pendant que se déroule le scrutin, les autorités de Kiev n’en continuent pas moins leur opération militaire  ce dimanche  dans les villes du sud-est ukrainien de Krasny Liman, Slavyansk et Kramatorsk ce dimanche, affirme Sergey Pashinsky le chef de cabinet du président ukrainien.

«Huit groupes opérationnels ont détruit plusieurs postes de contrôle» et éliminé un groupe de miliciens de l’opération punitive, a-t-il déclaré.

—à 13h30

À Donetsk

Boris Litvinov, un coordinateur de la commission électorale a déclaré à la radio locale que «Les gens au bureau de vote forment des dans des queues de 300-400 mètres pour voter au bureau de vote», ajpoutant  «Même à l’époque soviétique nous n’avons jamais çà».

À Slaviansk, dans la région de Donetsk

Des affrontements ont été signalés autour d’un bâtiment de la télévision dans les environs de Slaviansk, la place forte des rebelles, juste avant l’arrivée des premiers électeurs. Ceux-ci ont dû contourner maintes barricades pour parvenir aux bureaux de vote.

À Lougansk

Le taux de participation au référendum dans la région de Lougansk au sud-est de l’Ukraine «a dépassé 75%» dans la capitale régionale, selon représentant de l’organisation du scrutin, Vasily Nikitin, rapporte l’agence russe Itar-Tass.

Des problèmes se sont toutefois posés «dans les districts où l’armée [ukrainienne]entrave l’organisation du référendum», a-t-il aussi déclaré.

Les bureaux de vote seront ouverts jusqu’à 22 heures (heure locale) ce dimanche et les premiers résultats du référendum seront annoncés durant la nuit de lundi.

—-

Les insurgés armés pro-russes qui contrôlent les principales villes du bassin du Donbass, frontalier de la Russie, ont convoqué la population (environ 7,3 millions de personnes) pour valider leur projet d’«indépendance» des «républiques populaires» autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. Ils se disent certains d’obtenir un soutien massif.

Le référendum démarre

Le référendum a démarré dans le calme dimanche matin à 05h00 GMT et semblait avoir attiré une foule conséquente à la mi-journée, selon l’Agence France Presse qui a des journalistes sur place et qu’on ne peut soupçonner de partialité pro-russe.

Sur les bulletins, des questions claires: «Approuvez-vous l’indépendance de la République populaire de Donetsk ?» ou «Approuvez-vous l’indépendance de la République populaire de Lougansk ?». Les résultats sont attendus dans la nuit.

La participation à midi était «au-delà de nos attentes», a affirmé Kiril Roudenko, le porte-parole adjoint de la République de Donetsk, dont l’agence française rapporte les propos. Il a évoqué un taux de 30% déjà de participation à mi-journée pour Donetsk, la principale ville de cette région minière du Donbass. Selon lui, «aucun incident majeur n’a été signalé depuis le matin».


Des centaines de personnes font la queue pour voter dans la région de Donetsk(Vidéo: Antihunta Antimaydan)

Des centaines de personnes faisaient la queue dimanche matin devant un bureau de vote en périphérie de Marioupol (sud-est), ville où de violents affrontements entre forces ukrainiennes et pro-russes se sont produits cette semaine.

À Slaviansk, où le maire autoproclamé Viatcheslav Ponomarev avait promis samedi une «participation de 100%», une foule dense se pressait dimanche matin dans deux bureaux de vote du centre.

La réalité historique

Le président Vladimir Poutine avait défié les Occidentaux en assistant vendredi à une parade militaire en Crimée où il a affirmé que son rattachement à la Russie constituait un acte de « fidélité à la vérité historique ».

Son ami de longue date, l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, a estimé que l’Union européenne était la principale responsable de la crise ukrainienne, obligeant Kiev à choisir entre l’UE et la Russie.

«Le rattachement de la Crimée est contesté sur le plan du droit international, mais c’est maintenant une réalité. La Crimée a décidé par référendum qu’elle voulait être une région russe. Et cela a été appliqué», a-t-il jugé.

Mais, le chef du nouveau pouvoir à Kiev, Olexandre Tourtchinov juge illégal ce scrutin organisé dans les régions russophones de Donetsk et Louhansk et les puissances occidentales, redoutant l’éclatement de l’Ukraine, craignent maintenant la répétition du scénario de la Crimée.

Craignant que le référendum de dimanche ne provoque une partition du pays, ayant peur également que l’élection ukrainienne du 25 mai puisse être perturbée et s’inquiétant aussi d’un dérapage majeur du côté de Kiev, les puissances occidentales, France et Allemagne en tête, ont haussé le ton les jours précédant le scrutin.

Le ministre des Affaires étrangères John Baird, pour sa part, y est allé aujourd’hui d’une énième condamnation.

«Le Canada rejette entièrement les prétendus référendums organisés aujourd’hui dans certaines parties de l’Ukraine orientale», a-t-il déclaré.

«Ces scrutins sont une farce et constituent une autre tentative des séparatistes pro-russes de provoquer des violences et de diviser le pays encore davantage», a-t-il poursuivi, concluant que «Le seul scrutin légitime sera celui du 25 mai 2014».

Sur le front militaire

La situation militaire reste tendue dans l’est de l’Ukraine, après la reprise des combats dans la nuit de samedi à dimanche près de Slaviansk, selon l’AFP.

L’armée ukrainienne a lancé le 2 mai une opération destinée à reprendre le contrôle de cette zone et encercle la ville depuis plusieurs jours.

De nombreuses et très fortes détonations ont retenti dimanche en début de matinée, avant de s’apaiser.

Les affrontements armés dans l’est et le sud de l’Ukraine ont fait des dizaines de morts ces deux dernières semaines.

En outre, selon le journal allemand Bild am Sonntag, environ 400 mercenaires de l’entreprise américaine Academi (ex-Blackwater) opéreraient en Ukraine aux côtés des soldats et de la police ukrainienne, où ils coordonnent des opérations de guérilla contre les séparatistes pro-russes autour de l’enclave de Slaviansk.

*Avec AFP

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.