Guillaume Gélinas: nouveau report pour examen de la preuve

0
Guillaume Gélinas avec sa belle-mère, Julie Lemieux, et son Père Luc Gélinas, en des temps plus heureux (photo tirée de la page Facebook de Luc Gélinas)
Guillaume Gélinas avec sa belle-mère, Julie Lemieux, et son P`re Luc Gélinas, en des temps plus heureux (photo tirée de la page Facebook de Luc Gélinas)

Me Jonathan Meunier, l’avocat de Guillaume Gélinas, cet ancien militaire de 23 ans soupçonné du double meurtre de son père et de sa belle-mère, a obtenu un nouveau report mercredi 28 mai pour que son client puisse consulter toute la preuve dévoilée par l’accusation.

Lors d’une brève audience qui a eu lieu en matinée devant le juge Luc Joly, au palais de justice de Joliette, le défenseur du jeune militaire a obtenu un report de la cause au 6 août prochain, toujours pour la forme, puisque que l’accusé m’a pas pu encore prendre connaissance de la preuve dans cette affaire là où il est incarcéré.

Ce n’est qu’en avril au palais de justice de Joliette, deux mois après son arrestation que l’accusation, représentée par Me Éric Côté, avait remis toute la preuve à l’avocat de l’accusé, qui avait alors demandé un report de la cause afin d’étudier les nouveaux éléments de preuve reçus.

Mais voilà que maintenant, si Me Meunier a mentionné en effet que son client avait pu prendre connaissance de la preuve documentaire, il n’a cependant pas pu prendre connaissance de celle sur support informatique. Il a donc formulé une requête afin que le centre de détention où son client est incarcéré puisse maintenant donner accès à Guillaume Gélinas à du support informatique afin de consulter la preuve qui est contenue dans quelques DVD.

Par ailleurs, Me Meunier a affirmé, après l’audience, qu’il n’excluait toujours pas de demander une éventuelle remise en liberté ou une évaluation psychiatrique pour son client. «Ça fait partie des discussions que j’ai avec lui», a-t-il déclaré sans donner d’autres détails.

Gélinas fait face à deux chefs de meurtre prémédité.

Il a servi en Afghanistan pendant huit mois en 2010-2011 sur la roto 10 (FO 3-10), et était demeuré introuvable après la découverte, jeudi 13 février vers 10h à leur domicile, du corps de Luc Gélinas, 54 ans et de sa conjointe Julie Lemieux, 35 ans, tués à l’aide d’une arme blanche.

Localisé le lendemain à Gatineau, dans l’Outaouais, le jeune réserviste, qui n’avait pas tout de suite été considéré comme un suspect, avait finalement été placé en état d’arrestation vendredi 14 février alors qu’il était interrogé par la police locale.

Un des trois enfants nés d’une union précédente, il habitait à la résidence de son père depuis quelques mois, mais projetait, si on en croit sa page Facebook, de déménager en avril en Outaouais où il servait dans le Régiment de Hull.

Selon des sources proches de la famille, le jeune homme vivait dernièrement des moments difficiles, notamment en lien avec son expérience militaire au front, sa relation avec son père aurait été «tendue» et le garçon, déprimé avait un comportement parfois inquiétant depuis son retour d’Afghanistan.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.