Julian Fantino annonce un projet pilote sur l’usage de chiens de soutien pour aider les vétérans atteints d’un ESPT

0
L’utilisation de chiens d'assistance pour les anciens combattants souffrant de trouble de stress post -traumatique suscite de plus en plus d’intérêt et d’attention (Archives/Luis Robayo/AFP)
L’utilisation de chiens d’assistance pour les anciens combattants souffrant de trouble de stress post-traumatique suscite de plus en plus d’intérêt et d’attention (Archives/Luis Robayo/AFP)

Le ministre des Anciens Combattants, Julian Fantino, a annoncé mardi à des intervenants qu’Anciens Combattants Canada entend financer un projet pilote en vue d’évaluer les bienfaits et les risques liés à l’utilisation de chiens de soutien psychiatrique pour aider à traiter les vétérans atteints d’un état de stress post-traumatique (ESPT).

Le ministère espère obtenir la participation d’environ 50 vétérans prestataires d’une indemnité d’invalidité en raison d’un ESPT qui ont l’approbation du professionnel de la santé mentale qui les traite dans le cadre de ce projet pilote de deux ans et demi. ACC fournira un financement pouvant atteindre 500.000 $ pour couvrir les dépenses et les coûts de recherche liés au projet pilote.

«Certains vétérans vous diront que leur chien de soutien est bien plus que le meilleur ami de l’homme, car il est un compagnon qui fait partie intégrante de leurs activités quotidiennes. Ce projet nous permettra d’étudier l’utilisation de chiens de soutien psychiatrique et de savoir comment cela peut aider les vétérans atteints d’un état de stress post-traumatique.» Julian Fantino, ministre des Anciens Combattants.

En mai 2013, le ministère avait annoncé l’établissement d’un partenariat avec l’Ambulance Saint-Jean Canada et Can Praxis pour mener une recherche sur les bienfaits de l’utilisation de chiens et de chevaux à des fins thérapeutiques par les vétérans atteints d’un trouble de santé mentale.

Puis, en septembre 2013, ACC a annoncé l’établissement d’un partenariat avec l’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans (ICRSMV) pour évaluer les recherches faites sur l’utilisation des chiens de soutien psychiatrique par les personnes atteintes d’un ESPT. Les résultats ont révélé qu’il serait approprié de mettre sur pied un projet pilote.

Il y a quelques jours, le 12 mai 2014, le Premier ministre Stephen Harper a annoncé le dépôt de la Loi sur la justice pour les animaux qui fournissent de l’assistance (Loi de Quanto), qui permettrait de veiller à ce que ceux qui s’en prennent aux animaux de la police, aux animaux aidants ou aux animaux des Forces armées canadiennes aient à faire face à de graves conséquences.

Le réseau conjoint d’Anciens Combattants Canada et de la Défense nationale compte 17 cliniques pour traumatismes de stress opérationnel, dont dix cliniques spécialisées établies par Anciens Combattants Canada.

«Depuis 2012, Wounded Warriors Canada a été un leader national en ce qui a trait au financement de programmes qui utilisent la thérapie assistée par l’animal pour traiter l’ESPT chez les membres blessés et malades des Forces armées canadiennes et leurs familles, a dit Phil Ralph, directeur de programme à  Wounded Warriors Canada. La réponse au programme «Compagnons courageux» de chiens de service que nous finançons a été phénoménale, voire transformatrice. Nous félicitons le ministre Fantino d’agir rapidement et avons hâte de travailler avec le ministère des Anciens Combattants à ce projet important.»

«Ce projet pilote est un pas en avant concret et positif. Mon chien de service m’a tant apporté personnellement que je suis fier de faire partie de ces efforts pour aider d’autres vétérans atteints d’un ESPT», a raconté le capitaine (retraité) Médric Cousineau, fondateur de Paws fur Thought.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.