Le point sur les Forces armées canadiennes en Europe de l’Est

0

140506-ukraine-forces-canadiennesLe Premier ministre canadien Stephen Harper et le ministre de la Défense nationale ont fait de multiples annonces à propos de la présence de Forces armées canadiennes en Europe de l’Est pour soutenir nos pays alliés et l’OTAN. 45eNord.ca fait le point:

Afin de «rassurer» nos alliés, l’OTAN a mis en place toute une série de mesures auxquelles le Canada a décidé de prendre part.

CF-18

Les CF-18 sur la base aérienne de Spangdahlem, en Allemagne. (U.S. Air Force/Senior Airman Rusty Frank)

Ainsi, le 17 avril dernier, le Premier ministre Harper a annoncé que le Canada allait envoyer six avions de chasse CF-18 ainsi que près de 220 personnels de soutien.

Partis le 29 avril, et après un premier arrêt à Keflavik, en Islande, les militaires se sont ensuite dirigés vers la base de Spangdahlem, en Allemagne, où ils ont passé quelques jours, certains en profitant pour échanger leur «patch» avec des militaires d’autres pays présents. Ils ont mis le cap vers la Roumanie, et plus précisément à Campia Turzii, leur destination finale où ils sont arrivés ce jeudi 8 mai. Là, les CF-18 s’entraîneront avec nos alliés de l’OTAN et rejoindront une mission de police de l’air.

Ces avions de combat et les plus de 200 personnes qui les soutiennent sont formés pour effectuer des missions de défense aérienne, de supériorité aérienne, de formation et d’appui tactique.

les CF-18 Hornet sont en «mode d’entraînement» et ne sont donc pas armés, mais si les conditions changent et l’exigent, ils seront «prêts à être armés».

NCSM Regina

Le NCSM Regina partira bientôt pour la mer Méditerranée. (Archives/Duncan Ayre/MARPAC)

Le 30 avril, Stephen Harper a également annoncé que la frégate NCSM Regina, actuellement déployée dans l’Océan Indien dans le cadre de l’Opération ARTEMIS, serait «réaffectée» auprès des forces navales permanentes de l’OTAN, et ce, afin de contribuer «aux mesures de renfort de l’OTAN».

Le chef d’état-major de la Défense Tom Lawson a précisé, lors d’une conférence de presse commune avec le commandant des troupes alliés de l’OTAN, que la frégate devrait quitter sous peu la Force opérationnelle combinée 150, pour emprunter le canal de Suez vers la mi-mai afin de rejoindre la flotte de l’OTAN en mer Méditerranée. Les 250 membres d’équipage avaient quitté le Canada fin janvier pour prendre part à une mission de lutte contre le terrorisme en mer d’Arabie.

OPEN SPIRIT

Un plongeur des Forces armées canadiennes en action. (Archives/Caporal Chris Ringius/Services d’imagerie de la formation, Halifax)

Le 30 avril toujours, le ministre de la Défense nationale Rob Nicholson, a indiqué qu’une dizaine de plongeurs-démineurs allaient prendre part du 9 au 24 mai 2014 à une opération multinationale liée aux restes d’explosifs de guerre maritimes. Pour cette opération, ils seront basés à la base navale lettone de Liepaja, située dans l’Ouest de la Lettonie, sur la mer Baltique.

L’équipe canadienne de dix plongeurs-démineurs provient de l’Unité de plongée de la Flotte (Atlantique), de la base des Forces canadiennes Halifax, en Nouvelle-Écosse.

ORZEL ALERT

Aux côtés de nos alliés polonais et américains pour l’exercice ORZEL ALERT. (Jacek Szymanski DAPM/Caméra de combat des Forces Canadiennes)

Stephen Harper a aussi affirmé le 2 mai dernier, qu’une cinquantaine de militaires du 3e Bataillon, Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, se joindront à des militaires polonais et américains du 5 au 9 mai pour un exercice appelé ORZEL ALERT.

Depuis lundi, les Canadiens font de l’entraînement en parachutisme, en opérations aériennes et en infanterie, aux côtés de leurs homologues polonais et américains dans le cadre de cet exercice dirigé par les États-Unis, qui vise à rehausser l’interopérabilité et la préparation de l’Alliance.

Selon nos informations, ces 50 militaires ne sont qu’une première étape d’une présence accrue. Le plan actuel du Canada serait d’envoyer une compagnie (entre 120 et 200 soldats) en Europe pour former ainsi une présence permanente terrestre dans le cadre des mesures pour rassurer nos alliés.

Le général Tom Lawson, répondant à une question de 45eNord.ca sur une possible présence permanente de soldats canadiens en réponse aux actions russes a indiqué que les soldats déployés pour l’exercice ORZEL ALERT se sont faire dire de planifier pour «30 à 60 jours» de présence, puis «rentreront probablement à la maison». «Si je transformais cela en quelque chose d’autre [une présence permanente ou plus d’effectifs pour des exercices, ndlr]suite à des discussions ultérieures entre notre gouvernement et l’OTAN, alors, nous serions prêts à réagir».

RAPID TRIDENT 2014

RAPID TRIDENT 2012 (Archives/Lcol Taras Gren/Forces armées ukrainiennes)

Les Forces armées canadiennes doivent prendre part à un exercice multinational en juillet: RAPID TRIDENT 2014. Cette année, l’exercice aura lieu… en Ukraine. Le nombre exact de militaires canadiens n’est pas encore connu, le général Tom Lawson ayant indiqué que les détails sont en train d’être finalisés.

L’an dernier, ce sont pas moins de 1.300 militaires de 17 nations qui avaient pris part à la version 2013 de l’exercice RAPID TRIDENT, à Yavoriv, dans l’ouest du pays, à quelques kilomètres de la frontière avec la Pologne.

QG de l’OTAN

Grand quartier général des puissances alliées en Europe (Archives/Ex 13/Wikimedia Commons)

Le Premier ministre a aussi annoncé le 17 avril, qu’une quinzaine d’officiers iront rejoindre le Quartier général du Commandement suprême de l’OTAN, à Bruxelles, «afin de participer aux efforts de planification de l’OTAN». Ils doivent «renforcer les fonctions de planification et aider à la surveillance des événements dans la région».

Observateurs

Des observateurs de l’OSCE bloqués par des pro-russes. (Archives/Alexander Nemenov/AFP)

Le 5 mars, alors que la crise en Ukraine paraissait bien plus modeste qu’elle ne l’est maintenant, le Premier ministre avait annoncé que le Canada allait envoyer des observateurs en Ukraine dans le cadre d’une mission militaire non armée, afin de faire état des activités militaires dans la péninsule de Crimée.

Ces observateurs sont des spécialistes de l’état-major interarmées stratégique de la Direction de vérification du contrôle des armements.

Chapeautée par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), les observateurs n’avaient pu cependant se rendre en Crimée, se faisant repousser par les forces pro-russes.

Le 30 avril, ce sont trois membres des Forces armées canadiennes de la Direction de la vérification du contrôle des armements, qui ont été nommés à la tête d’une équipe de neuf personnes, en mission en Ukraine jusqu’au 11 mai.

Ces vérifications ont été demandées par l’Ukraine en raison d’inquiétudes relatives à des activités militaires inhabituelles dans la région.

Le Canada s’est dit aussi prêt à offrir les services d’inspecteurs dans le cadre de missions semblables en Ukraine dirigées par d’autres États participants de l’OSCE.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.