L’enrôlement dans les Forces armées canadiennes en 2014

2
Un centre de recrutement des Forces canadiennes (Photo: MDN)
Un centre de recrutement des Forces canadiennes (Archives/MDN)

Y’a-t-il moins de demandes d’emploi dans les Forces armées canadiennes depuis la fin de la mission en Afghanistan? Les impacts reliés, à la suite de la fin de cette mission, sont-ils à considérer? Quels sont les changements apportés par le ministère de la Défense nationale face au processus d’enrôlement dans les Forces armées canadiennes?

De façon générale, le personnel militaire a augmenté vers la fin des années 1980, atteignant un sommet à plus de 120 000 personnes en 1991. Il a ensuite amorcé une baisse, qui s’est poursuivie jusqu’en 2001, le personnel comptant alors 81 600 membres, ce qui représente une diminution d’environ 33 %. Toutefois, les effectifs des Forces armées canadiennes n’ont cessé de croître. En 2006, 87 700 membres faisaient partie du personnel militaire. Ces variations sont liées au climat politique international, la diminution rapide s’étant produite après la fin de la guerre froide et l’augmentation récente coïncidant avec la lutte contre le terrorisme menée depuis les événements du 11 septembre 2001.

La mission en Afghanistan

Est-ce que la mission en Afghanistan a contribué à augmenter le nombre de demandes d’enrôlement au sein des Forces armées canadiennes? Il semblerait que oui, car une faible augmentation a été observée par l’armée canadienne. Par contre, certains jeunes candidats ont manifesté leur intérêt pour appliquer dans les métiers de combat pendant que la mission en Afghanistan battait son plein.

«Depuis la fin de la mission canadienne en Afghanistan, en mars 2014, aucun changement majeur n’a été observé en ce qui a trait au recrutement. Nous maintenons depuis quelques années un nombre standard d’enrôlements à 36.000 nouveaux membres annuellement», a affirmé le commandant adjoint du Centre de recrutement des Forces canadiennes (CRFC) de Québec, le lieutenant Gaétan Lizotte.

Des changements bénéfiques

Depuis quelques années, des changements majeurs ont été mis en place par le ministère de la Défense nationale pour faciliter davantage le processus d’enrôlement. En 2010, l’application de demande d’emploi en ligne a été adaptée au site internet des Forces, afin de permettre un meilleur suivi des demandes. Ainsi, depuis 2012, il devient obligatoire pour les candidats de faire leur demande via le site Forces.ca. «Si un candidat se présente en personne au CRFC pour faire application comme membre des Forces armées canadiennes, il sera pris en charge par un de nos recruteurs qui lui fera remplir sa demande en ligne. Il ne sera pas retourné à la maison», explique le lieutenant Lizotte.

De plus, les Forces armées canadiennes ont effectué une modification au niveau du test d’évaluation physique. Ce changement consiste à ne plus faire passer de test au début du processus d’enrôlement, mais bien dès le commencement de l’entraînement, ce qui veut dire après l’embauche des candidats.

S’enrôler dans les Forces armées canadiennes en 2014

Mis à part les changements mentionnés ci-haut, le processus d’embauche demeure le même. Toutefois, un critère d’admissibilité au niveau des acquis de scolarité a subi une modification. En 2010, il était obligatoire d’avoir terminé un secondaire 3, avec 24 crédits, pour satisfaire aux critères de base permettant d’appliquer par la suite sur certains métiers offerts par les Forces armées canadiennes.

Actuellement, les Forces armées demandent un secondaire 4 complété, avec 24 crédits, pour être en mesure d’accéder aux métiers de base. Cependant, ce critère d’admissibilité pourrait être appelé à changer éventuellement, dans le cas où le ministère de la Défense nationale augmenterait le niveau de scolarité acquis pour les métiers demandant présentement un secondaire 4, avec 24 crédits.

Donc, les trois critères de base obligatoires afin d’appliquer dans les Forces armées canadiennes sont: avoir la citoyenneté canadienne, être âgé de 17 ans et avoir complété un secondaire 4, avec 24 crédits.

Le processus de recrutement dans l’armée régulière est constitué de plusieurs étapes. Que ce soit pour être enrôlé dans l’armée de terre, la marine ou l’aviation, les candidats doivent passer les mêmes étapes avant d’obtenir un emploi dans les Forces armées canadiennes. La première étape consiste principalement à produire une demande d’emploi via le site Forces.ca. Ensuite, un recruteur communique avec le candidat, si la demande semble acceptable selon les critères de recrutement. Un rendez-vous est alors fixé en vue de passer le test d’aptitude des Forces qui, sans aucun doute, est l’étape la plus importante selon le personnel du CRFC de Québec. Ce test permet au personnel militaire de déterminer quel groupe professionnel convient le mieux pour chaque personne.

L’examen médical complet succède le test d’aptitude. Cet examen vise à déterminer si des anomalies ou des problèmes de santé pourraient interférer avec l’entraînement et la vie militaire. En passant par le questionnaire sur les antécédents médicaux, l’examen physique et l’examen du dossier médical, le personnel militaire qualifié sera en mesure de donner son point de vue, nécessaire pour la suite du processus.

Une fois que les résultats du test d’aptitude et de l’examen médical ont été compilés par les membres des Forces armées, un rendez-vous avec le conseiller en carrière militaire sera fixé. Il s’agit d’une entrevue d’emploi officielle et d’une partie très importante du déroulement de l’embauche. Enfin, la vérification de fiabilité, qui a pris de plus en plus d’importance au sein des Forces, sera faite minutieusement par le personnel militaire en collaboration avec le groupe Garda, qui se spécialise dans les services de sécurité professionnels, afin d’assurer la fiabilité des futurs membres des Forces canadiennes.

Temps d’attente

Dans la mesure où une demande d’emploi est retenue, l’armée peut alors offrir un poste au candidat et ainsi fixer une date pour l’enrôlement et pour le début du cours d’instruction de base, appelé QMB.

La gestion du temps entre chaque étape du processus d’enrôlement est généralement prise en considération, afin que tout se déroule le plus rapidement possible. Par contre, il faut savoir que le temps d’attente est directement relié à la synchronisation du calendrier des cours disponibles, mais peut aussi être relié à d’autres facteurs, selon les dossiers. Alors, dans certains cas, la patience est de mise.

Les Forces armées canadiennes font tout en leur possible pour éliminer les périodes d’attente inutiles, afin de permettre de faire avancer les dossiers plus efficacement et plus rapidement.

L’assermentation de nouvelle recrue au sein des forces canadiennes par les membres du Centre de recrutement des Forces canadiennes, détachement Québec, lors d’une cérémonie, présidée par le Brigadier-général Louis Meloche, commandant du Groupe de recrutement des Forces canadiennes, et le Premier maître de 1ère classe Frederick Singer, au mess des officiers de la Garnison Valcartier, jeudi 11 juillet 2013 (Photo: caporal Nicolas Tremblay/Section imagerie Valcartier)
Assermentation de nouvelle recrue au sein des Forces canadiennes, le 11 juillet 2013. (Archives/Caporal Nicolas Tremblay/Section imagerie Valcartier)

L’assermentation

Lors de la cérémonie d’enrôlement, les candidats sont officiellement assermentés comme membres des Forces. La cérémonie a pour but de reconnaître l’engagement envers le Canada, ainsi que de protéger et de servir les Canadiens. Les militaires sont accueillis dans la famille des Forces et, pour cette occasion, il est possible d’inviter famille et amis.

QMB

Tous les militaires qui ont spécifiquement appliqué dans l’armée régulière doivent suivre le cours d’instruction de base, le QMB, d’une durée de 14 semaines. Les cours faisant partie du QMB servent à enseigner les compétences essentielles et les connaissances nécessaires pour réussir dans le contexte militaire. Une fois l’instruction de base terminée, les militaires continuent de recevoir des instructions propres au métier qu’ils ont choisi et ce, dans leurs cours de métier.

La mission des Forces armées canadiennes consiste à protéger le Canada, défendre l’Amérique du Nord en collaboration avec les États-Unis et aussi à contribuer au maintien de la paix et de la sécurité à l’échelle internationale.

Plus de 90.000 canadiens servent au sein des Forces dans plus de 100 métiers et professions. Les Forces sont constituées de la Marine royale canadienne, de l’Armée canadienne et de l’Aviation royale canadienne.

Nathalie Corneau était blogueuse, conceptrice et recherchiste pour un blogue sur les militaires canadiens entre 1999 et 2010. De 2010 à 2012, elle a agit comme rédactrice en chef-journaliste et chroniqueuse pour le journal du CFV Valcartier. Elle réalise différents mandats de journalisme pour la communauté militaire depuis 1993, ce qui lui confère une vaste expérience en ce domaine qui l’a toujours attirée.

Discussion2 commentaires

  1. Labrie Guylaine

    Je suis une femme de 41ans qui est prêté à relever ce défi. Ça peux vous paraître drôle une femme de mon âge mais j en suis capable…SVP donner moi des nouvelles merci. Guylaine Labrie

  2. Francis Chantigny

    Bonjour , pour faire appuis à votre texte . Je suis moi-même en attente pour joindre les forces depuis Mai 2013 , donc bientot 1 ans et demi d’attente. Non seulement les attentes n’ont pas augmentés , mais les demandes d’études et des résultats à leur exemen jouent un grand role aussi . Je dois re-faire l’examen en septembre 2014 pour augmenter ma note et ainsi être compétitif…pour des métiers de combat ! Soyez patient. Que ça prennent 1 ans ou 2 entrer dans les forces…je crois que tout le monde a sa chance dans la vie s’il est sérieux et s’il montre aucun signe de relachement . Donc garder vos métiers et ne changer pas à tous les mois .Ca ne fait que montrer que vous êtes indécie. LAchez pas !