Mali: bienvenu à l’an dernier, Kidal retombe aux mains des rebelles

1
Touaregs et islamistes au Mali (Photo: Lareleve.ma)
Touaregs et islamistes au Mali (Archives/Lareleve.ma)

Bienvenu à l’an dernier: des soldats maliens ont été tués, d’autres faits prisonniers par les groupes armés lors d’affrontements mercredi à Kidal, ville du nord-est du Mali, à plus de 1 500 kilomètres de Bamako et la ville serait maintenant aux mains des rebelles.

L’armée malienne avait lancé en matinée une offensive ce 21 mai en matinée pour récupérer Kidal, retombée sous le contrôle du MNLA au cours du week-end, après des combats qui ont coûté la vie à une trentaine de soldats.

«Les bruits d’armes cessent actuellement. […] Il y a des prisonniers et des morts dans les rangs de l’armée malienne», rapporte l’AFP, citant une source locale qui affirme que les groupes armés rebelles semblaient prendre le dessus sur les soldats maliens.

Les rebelles touareg du MNLA ont pour leur part déclaré avoir pris le contrôle de la ville. «Nous contrôlons actuellement toute la ville de Kidal, nous avons des prisonniers», a déclaré Mohamed Ag Rhissa, un des chefs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) contacté par téléphone depuis Bamako par l’agence française.

«Les combats se poursuivront jusqu’à ce que nous ayons entièrement libéré la ville», a réagi de son côté l’armée malienne. «Nos hommes sont toujours sur le terrain face aux forces coalisées d’Aqmi (Al-Qaida au Maghreb islamique), du Mujao (Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest) et autres trafiquants», a déclaréun responsable du ministère malien de la Défense.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a aussitôt appelé «à la cessation immédiate des combats et à la mise en place d’un cessez-le-feu» à Kidal, a annoncé son porte-parole, Stéphane Dujarric, ajoutant que «Le secrétaire général est profondément préoccupé par la détérioration rapide de la situation à Kidal».

Après les violences du week-end, le ministre des Affaires étrangères malien, Abdoulaye Diop, a demandé mardi au Conseil de sécurité un renforcement du mandat de la MINUSMA, la mission de l’ONU au Mali, et le désarmement de la rébellion touareg, après les violences à Kidal (nord-est).

Aujourd’hui, la France a annoncé pour sa part qu’une centaine de soldats supplémentaires vont être envoyés au Mali. «La décision a été prise de prendre des éléments depuis Abidjan pour les basculer à Gao compte tenu de la période de tension», a déclaré le porte-parole des armées, le colonel Gilles Jaron. L’effectif de la force Serval passe ainsi de 1.600 à 1.700.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.