Niger: arrestation d’une quarantaine d’opposants préparant un putsch militaire

0
La capitale du Niger, Niamey (Wikicommons)
La capitale du Niger, Niamey (Wikicommons)

Une quarantaine d’opposants, proches du président du Parlement Hama Amadou, ont été arrêtés cette semaine parce qu’ils préparaient une campagne de terreur dans le but de réaliser un putsch militaire, a affirmé le ministre de l’Intérieur nigérien à l’AFP.

«Cela fait des mois qu’ils appelaient à la violence. Notre action s’inscrit contre des gens dont l’objectif est de mettre fin aux institutions démocratiques», a justifié Hassoumi Massaoudou, ajoutant que certains des interpellés avaient été pris la main dans le sac, des cocktails Molotov en leur possession.

«Aujourd’hui, nous en sommes à une quarantaine de personnes arrêtées. Toutes sont du Moden, le Mouvement démocratique nigérien, parti de l’actuel président du Parlement, Hama Amadou, ancien membre de la majorité passé dans l’opposition en août 2013», a indiqué M. Massaoudou.

Ismaël, le fils aîné de M. Amadou, l’ex-ministre de la Santé Soumana Sanda ainsi que l’ex-maire central de Niamey Oumarou Dogari, limogé par décret pris en conseil des ministres, ont été interpellés mercredi.

Le Moden a également annoncé l’arrestation entre vendredi et samedi de Moussa Moukaïla, le directeur de cabinet adjoint de Hama Amadou et du colonel de l’armée à retraite, Abdourahamane Saïdou, l’un des dirigeants du parti.

«Tous ceux qui ont été arrêtés ont des liens avec une tentative préméditée de créer une campagne de terreur devant aboutir dans leur esprit à un putsch militaire», a tonné Hassoumi Massaoudou, ajoutant que l’enquête continue.

Les militants ont été arrêtés dans le cadre des investigation sur une fusillade contre le domicile d’un député proche du pouvoir dans la nuit de lundi à mardi et de l’attaque au cocktail Molotov du siège du parti au pouvoir jeudi, a-t-il confirmé.

«Certains ont été capturés avec des coupe-coupes, des cocktails Molotov ou encore des bidons d’essence alors qu’ils tentaient d’incendier des édifices publics», a-t-il souligné.

D’après un communiqué de la police, trois hommes circulant à moto ont mitraillé dans la nuit de lundi à mardi la façade du domicile de Mohamed Ben Omar, quatrième vice-président du Parlement et membre de la coalition au pouvoir.

Trois personnes ont été blessées jeudi, dont une gravement, dans une attaque au cocktail Molotov contre le siège du parti au pouvoir à Niamey.

Deux des auteurs présumés de cette dernière attaque ont été arrêtés et deux autres complices sont recherchés, a précisé le ministre.

Les commentaires sont fermés.