Nigéria: le HCR alarmé par la brutalité et la fréquence des attaques contre les civils

0
Un adolescent âgé de 14 ans, blessé quand des hommes armés ont attaqué son école au Nigéria (Isaac Billy/ONU)
Un adolescent âgé de 14 ans, blessé quand des hommes armés ont attaqué son école au Nigéria (Isaac Billy/ONU)

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est déclaré vendredi 9 mai alarmé par une récente vague d’attaques contre les civils dans le nord-est du Nigéria, rapporte le service d’information de l’ONU.

«Les deux derniers mois ont été le théâtre de multiples enlèvements et de nombreux décès, ce qui a généré des déplacements de populations à la fois à l’intérieur du Nigéria et dans les pays voisins», a dit un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d’une conférence de presse à Genève.

«Les réfugiés et les personnes déplacées signalent toutes de la même façon des actes d’une extrême violence, et ils montrent clairement des signes de détresse et de peur. Certains ont vu des proches ou des amis visés au hasard et tués dans la rue», a ajouté le porte-parole du HCR.

«Les déracinés parlent de maisons et de champs qui ont été réduits en cendres, avec des villages complètement rasés ou des grenades lancées dans des marchés bondés, causant des pertes en vies humaines et des pertes de bétail.»

Le HCR juge la brutalité et la fréquence de ces attaques sans précédent.

De leur côté, les membres du Conseil de sécurité ont fermement condamné vendredi les attaques terroristes commises par le groupe Boko Haram à Gamboru Ngala, au Nigéria, le 5 mai et qui ont causé des centaines de morts et de blessés.

Ils ont aussi demandé la libération, immédiate et sans conditions, des jeunes filles enlevées par Boko Haram et se sont dits profondément inquiets des déclarations faites par le dirigeant présumé de ce groupe qui a menacé de vendre ces jeunes filles comme esclaves.

« Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur intention de suivre activement la situation des jeunes filles enlevées et d’examiner des mesures appropriées contre Boko Haram», souligne la déclaration à la presse du Conseil.

Le Représentant spécial de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest, Saïd Djinnit, se rendra d’ailleurs à Abuja a indiqué vendredi le porte-parole adjoint du Secrétaire général.

Pendant que se poursuivent les efforts de la communauté internationale, notamment de la France et des États-Unis, pour aider la campagne de libération des lycéennes enlevées le 14 avril, M. Djinnit offrira pour sa part l’aide des Nations Unies et discutera comment aider au mieux les efforts des autorités pour permettre le retour chez elles des jeunes filles enlevées.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.