Petawawa en deuil après un nouveau décès sur la base

6
La BFC Petawawa (MDN)
La BFC Petawawa (MDN)

Le soldat à la retraite Tyler Hulme, de la garnison de Petawawa (Ontario) est décédé le 29 avril 2014 dans une unité de logement résidentiel de la base, annonce la Défense nationale.

Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes mène présentement une enquête. Puisque l’enquête est en cours, la Défense n’a pu nous fournir aucun autre renseignement pour le moment.

Tyler Hulme avait servi 8 ans dans la Force régulière des FAC, du 17 août 2006 au 21 mars 2014.

Le ministère de la Défense n’a divulgué aucun détail sur les circonstances de sa libération des FAC, ces renseignements, dit la Défense étant protégés en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels».

Toutefois, sur sa page facebook, sa mère, Jackie Hume, souligne que qu’enfin, il ne souffrira plus.

«Je suis désolé d’avoir à publier poste maintenant» écrit elle « mais les nouvelles vont si vite et les médias sociaux ont commencé avec les condoléances avant que nous ayons été en mesure d’informer tout le monde sur la mort subite tragique de notre fils bien-aimé Tyler Hulme. Nos cœurs sont brisés en mille petits morceaux. Repose en paix mon doux bébé, tu n’est plus dans la douleur».

Le soldat à la retraite Tyler Hulme avait servi en tant que technicien en approvisionnement. Pour sa dernière affectation, il avait été envoyé à la BFC Petawawa, comme membre du 2e Bataillon des services.

Au cours de sa carrière militaire, il a été déployé en tant que technicien à Kandahar, en Afghanistan, du 17 mars 2009 au 28 mai 2009.

Il était l’héritier f’une fière tradition militaire familiale, son grand-père, décédé en 2007 ayant servi dans les trois armes.

Ce n’est pas la première fois que Petawawa perd ainsi un de ses soldats. En décembre dernier décédait l’adjudant Michael McNeil, qui servait depuis 19 ans au sein du Royal Canadian Regiment, à la base de Petawawa. McNeil, qui avait servi 19 ans dans les Forces, souffrait su syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et de troubles liés au stress opérationnel.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion6 commentaires

  1. il y a réellement des grandes zones noires pour nos soldats. je me sent pas fièr que l armé soit peut fièr de leurs soldats. aucune compasation pour aider nos soldats qui sont de etres hum;ains au meme titre que nous. une armée mal dirigée foke on paye encore les mauvaise personne les dirigeants, eux plein les poches non au front comme les soldats gang de pourri