Présidentielle ukrainienne: le milliardaire pro-occidental Petro Porochenko vainqueur

0
La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a déclaré ce vendredi 16 mai qu'un nouveau rapport des Nations Unies produit par son équipe de suivi en Ukraine montre une détérioration alarmante de la situation des droits de l'homme dans l'est du pays, et de nouveaux problèmes graves en Crimée, en particulier en relation avec les Tatars, rapporte le service d'information de l'ONU.
Élections en Ukraine.

Selon tous les sondages de sortie des urnes, le milliardaire pro-occidental Petro Porochenko sort vainqueur au premier tour de la présidentielle ukrainienne avec plus de 50% des votes, remportant ainsi la présidence au premier tour.

Un sondage sortie des urnes est un sondage d’opinion dont les répondants sont des votants à peine sortis des bureaux de vote et dont l’objet principal est précisément le vote qu’ils viennent d’effectuer dans le secret des isoloirs.

Ce type de sondage permet d’évaluer de façon très fiable et très précise la performance des différents candidats avant même la proclamation des résultats préliminaires, attendue dans ce cas ci le 26 mai.

On peut donc d’ores et déjà considérer Petro Porochenko comme vainqueur au premier tour.

Le sondage de sorties des urnes mené par quatre chaînes de télévision ont montré qu’il avait reçu 57,8 pour cent des voix et un deuxième menée par un consortium de maison de sondages un peu moins – 55,9 pour cent des voix, dsns les deux cas une majorité claire qui rend inutile le second tour de scrutin aurait dû le 15 Juin si il n’avait pas obtenu la majorité des vote.

Sa principale rivale, l’ancienne Premier ministre et égérie de la Révolution orange de 2004, Ioulia Timochenko, a reçu 12,8 des voix dans le premier sondage de sorties des urnes et 12,9 pour cent dans le sondage national.

Tous les autres candidats ont terminé avec des scores faibles ( à un chiffre) , le candidat pro-russe Sergui Tigipko terminant à moins de 5%.

Kiev vote massivement, l’Est du pays reste sur la touche

Le taux de participation devrait être d’environ 60 pour cent à l’échelle nationale et beaucoup plus élevé dans les régions de l’ouest du pays où 52 pour cent avaient déjà voté 16 heures, heure locale, selon la Commission électorale..

Toutefois, il s’agit d’une élection où, malgré un taux de participation élevée dans l’Ouest du pays et une nette victoire de Porochenko, l’Est du pays est resté sur la touche.

Les «républiques populaires» de Donetsk et de Lougansk ayant proclamé leur indépendance vis-à-vis de Kiev ont refusé de prendre part à l’élection de dimanche, qui s’est déroulé dans l’Est ukrainien au son des canons, dans un contexte d’opération militaires dite «antiterroriste» menée par les autorités de Kiev dans le sud-est du pays.

En tout, ce sont cinq millions d’Ukrainiens pour qui il a été, soit très difficile, soit carrément impossible de voter.

Porochenko, qui a voté à Kiev avec sa famille, s’est engagé à résoudre les problèmes de l’oblast de Donetsk dès qu’il arrivera au pouvoir.

«La première chose que nous allons faire est le dialogue direct avec les habitants de la région Donbass», a déclaré Porochenko après avoir voté. Il s’est également engagé à lutter contre la corruption, indépendamment des rangs et des affiliations.

Et maintenant

Le nouveau président ukrainien élu pour un mandat de cinq ans pourrait être intronisé dès le 9 juin.

Washington et Bruxelles avaient déjà annoncé qu’ils reconnaîtraient les résultats du scrutin.

Quant au président russe, Vladimir Poutine, sans dire qu’il en reconnaîtrait la légitimité, il avait déclaré dans un geste d’apaisement vendredi qu’il respecterait le choix des Ukrainiens et travaillerait avec le président élu.

Le maître du Kremlin a exprimé vendredi la certitude que la situation en Ukraine finirait pas se calmer, et que Moscou et Kiev réussiraient à normaliser leurs relations bilatérales, ce que souhaite aussi le nouveau président élu.

«Je suis optimiste et je reste convaincu que la situation en Ukraine se calmera d’une manière ou d’une autre, et que nous trouverons suffisamment de forces pour normaliser nos relations», avait déclaré le chef de l’Etat lors de la séance plénière duForum économique international de Saint-Pétersbourg.

Donc, à moins d’un sabotage de l’extrême-droite nationaliste ukrainienne, Moscou et Kiev pourraient peut-être trouvé un terrain d’entente.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.