Somalie: au moins huit morts lors d’une attaque des shebab contre le Parlement

0
Les forces de sécurité évacuent le corps d'un homme tué le 24 mai 2014 à Mogadiscio (Abdifitah Hasni Nor/AFP)
Les forces de sécurité évacuent le corps d’un homme tué le 24 mai 2014 à Mogadiscio (Abdifitah Hasni Nor/AFP)

Les insurgés islamistes shebab ont lancé ce samedi 24 mai une importante attaque contre le Parlement somalien à Mogadiscio, avec une voiture piégée et un commando suicide, qui a fait jusqu’à maintenant au moins huit morts, dont quatre assaillants.

Peu avant midi (heure locale), une voiture piégée avait provoqué une puissante explosion devant les grilles du Parlement, dans le centre de la capitale somalienne. Des explosions moins violentes et une fusillade nourrie avaient immédiatement suivi, provenant de l’intérieur du complexe.

La fusillade s’est poursuivie pendant plus d’une heure, avant de s’éteindre progressivement.

La police a signalé la mort de quatre combattants shebab et les journalistes sur place ont vu de leur côté quatre gardes de sécurité morts et de nombreux blessés.

Selon des sources gouvernementales somaliennes, au moins deux députés ont été blessés et emmenés à l’hôpital.

Les shebab ont eux-mêmes revendiqué l’opération auprès de l‘AFP, rapporte l’agence française: «Le soi-disant Parlement somalien est une zone militaire. Nos combattants y sont pour mener une opération sainte. Nous diffuserons un rapport complet après la fin de l’opération», a déclaré. via leur porte-parole militaire Abdulaziz Abu Musab.

Ce groupe islamiste lié à Al-Qaïda et cherchant à renverser le faible gouvernement somalien soutenu par l’ONU et l’Occident, a récemment visé des bâtiments stratégiques du gouvernement ou des forces de sécurité.

En février dernier le palais présidentiel de Mogadiscio a été la cible d’un spectaculaire attentat «commando» revendiqué par les islamistes shebab qui avait fait plusieurs morts mais dont le président somalien, Hassan Cheikh Mohamoud, était sorti indemne,

Le mois dernier, deux députés somaliens avaient également été assassinés par les islamistes, l’un par balles, l’autre par l’explosion d’une bombe, dans Mogadiscio, et les shebab avaient alors déclaré vouloir tuer les députés somaliens «un à un».

Outre les nombreuses autres attaques à Mogadiscio ces derniers mois, le Kenya voisin, où vit une importante communauté somalienne, a aussi été touché.

Ainsi au moins 67 personnes avaient péri en septembre 2013 lors d’un spectaculaire assaut des shebab contre le centre commercial de luxe Westgate à Nairobi, la capitale kényane.

Et jeudi, les shebab avaient à nouveau menacé le Kenya, dont l’armée les combat depuis octobre 2011 en Somalie.

La force de l’Union africaine en Somalie (Amisom) – dont le Kenya l’un des principaux contributeurs – avait lancé mi-mars une nouvelle offensive d’ampleur afin de continuer de reprendre du terrain aux shebab qui, depuis qu’ils ont été chassés de Mogadiscio en 2011, ont essuyé une série ininterrompue de défaites militaires et ont dû abandonner l’essentiel de leurs bastions, dans le centre et le sud de la Somalie mais qui continuent néanmoins de contrôler de vastes zones rurales.

*Avec AFP

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.