Sur fond de crise ukrainienne, le général Lawson à la 171e réunion du Comité militaire de l’OTAN

0
De gauche à droite, le chef d'état-major du Canada, le général  Thomas Lawson  avec le vice-amiral Robert Davidson, représentant militaire canadien à l'OTAN depuis 2012 à la 171e réunion des chefs de la Défense des pays de l'Alliance atlantique à Bruxelles les 21 et 22 mai 2014 (OTAN)
De gauche à droite, le chef d’état-major du Canada, le général Thomas Lawson avec le vice-amiral Robert Davidson, représentant militaire canadien à l’OTAN depuis 2012 à la 171e réunion des chefs de la Défense des pays de l’Alliance atlantique à Bruxelles les 21 et 22 mai 2014 (OTAN)

Sur fond de crise ukrainienne, le général Tom Lawson, chef d’état-major de la Défense, a conclu avec ses homologues de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), la réunion du Comité militaire de l’Organisation à Bruxelles, en Belgique, où il a réaffirmé l’engagement du Canada aux côtés de ses alliés.

À cette réunion de deux jours, les 21 et 22 mai, les chefs de la Défense des 28 pays alliés ont discuté d’un large éventail de questions de sécurité et ont fourni, dit le communiqué de l’OTAN sur cette rencontre, « des conseils militaire claire et sans équivoque aux ministres et chefs d’État et de gouvernement sur les thèmes du Sommet ».

En préparation du prochain Sommet de l’OTAN au Pays de Galles en septembre et en tenant compte de l’importance des récents événements en Ukraine, les chefs de la Défense des pays de l’OTAN de la Défense ont réaffirmé la nécessité pour l’Alliance d’être prête pour un large éventail de menaces potentielles. «Les défis auxquels nous sommes confrontés sont mondiaux et nous devons les aborder en tant que tel», a déclaré à ce propos le général Knud Bartels, président du Comité militaire de l’OTAN.

Dans le cadre de la réunion, le général Lawson a abordé l’engagement de longue date du Canada envers l’OTAN et l’importance de la relation transatlantique, de même que la situation en Ukraine et la participation du Canada aux mesures d’apaisement mises de l’avant par l’OTAN, dit le communiqué de la Défense canadienne.

Les discussions ont également porté sur l’importance de veiller à ce que l’OTAN demeure flexible et prompte à réagir dans le futur au moyen notamment de l’initiative d’interconnexion des forces. Il s’agit d’une initiative visant à assurer l’interopérabilité et la connectivité des pays de l’Alliance qui repose sur les avancées réalisées lors des plus récentes opérations de l’OTAN, en Afghanistan et en Libye, par exemple.

«Il s’agissait d’une réunion importante, tenue à un moment crucial. Ce fut pour nous l’occasion de rencontrer nos plus proches alliés pour discuter d’enjeux qui ont une incidence sur notre défense collective, comme la situation actuelle en Europe de l’Est et en Europe centrale. Les Canadiens peuvent être fiers du travail qu’accomplissent les militaires des Forces armées canadiennes en réaction à cette situation. La réunion nous a également permis de poursuivre nos travaux visant à nous assurer que l’Alliance conserve ses capacités et sa rapidité d’intervention dans l’avenir», a déclaré le général Lawson.

Ukraine et Afghanistan

Le Canada collabore avec ses alliés dans la mise en œuvre d’un certain nombre de mesures d’apaisement visant à favoriser la sécurité et la stabilité en Europe de l’Est et en Europe centrale, «tout particulièrement dans le contexte actuel d’agression et de provocation de la Russie contre l’Ukraine».

Le 7 mai dernier, 45eNord.ca faisait le point de la présence de Forces armées canadiennes en Europe de l’Est pour soutenir nos pays alliés et l’OTAN.

À son tour, le chef d’état-major du Canada a rappelé la participation du Canada aux mesures d’apaisement de l’Alliance atlantique.

Vingt spécialistes de la planification opérationnelle ont déjà été déployés en renfort à l’effectif du Grand Quartier général des Puissances alliées en Europe, à Casteau, en Belgique.

De plus, le Canada a envoyé six chasseurs CF-18 en Roumanie et engagé le NCSM Regina à rejoindre les forces maritimes permanentes de l’OTAN.

Le Canada a aussi déployé 50 soldats en Europe centrale dans le cadre de l’exercice Orzel Alert, qui fait partie des activités à l’appui des mesures d’apaisement mises de l’avant par l’OTAN, pour s’entraîner à réaliser des opérations aériennes et des opérations d’infanterie aux côtés de pays alliés dans le cadre de cet exercice dirigé par les États-Unis visant à améliorer l’interopérabilité et la disponibilité opérationnelle.

Sur un autre front, les chefs de la défense ont également réaffirmé leur engagement à établir une nouvelle mission de formation en Afghanistan après 2014, une fois que le cadre juridique nécessaire sera en place. «Les talibans n’ont pas réussi à perturber le premier tour des élections présidentielles en avril. C’était un échec pour eux et les autres ennemis de l’Afghanistan et cela montre que les Forces de sécurité nationales afghanes sont très capables de faire face à la situation en Afghanistan», a conclu le président du Comité militaire de l’OTAN.

La prochaine réunion des ministres de la Défense des pays membres de l’Alliance aura maintenant lieu le mois prochain à Bruxelles, en Belgique, pour préparer le Sommet de septembre au pays de Galles et, pour reprendre les mots du Secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen «discuter de nouvelles mesures pour renforcer notre défense collective».

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.