Syrie: l’armée fait pleuvoir les explosifs sur Alep, les dijihadistes exécutent des civils à Ras al-Aïn

0
L'armée syrienne larguait encore jeudi 29 mai 2014 de nouveaux barils d'explosifs sur plusieurs quartiers rebelles à Alep, la grande métropole du nord où près de 70 civils dont 15 enfants ont péri depuis le début de la semaine (Aleppo Media Center)
L’armée syrienne larguait encore jeudi 29 mai 2014 de nouveaux barils d’explosifs sur plusieurs quartiers rebelles à Alep, la grande métropole du nord où près de 70 civils dont 15 enfants ont péri depuis le début de la semaine (Aleppo Media Center)

Pendant que la pluie de barils d’explosifs se continue sur Alep où l’armée syrienne bombardait encore ce jeudi 29 mai plusieurs quartiers rebelles de la grande métropole du nord où près de 70 civils dont 15 enfants ont péri depuis le début de la semaine, les djihadistes de l’EIIL exécutaient 15 civils à Ras al-Aïn.

Par ailleurs, 15 civils, dont sept enfants et trois femmes, ont été exécutés dans la province de Hassaka (nord-est) près de la ville de Ras al-Aïn par l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), le groupe le plus radical en Syrie, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les 15 personnes «ont été tuées par balles. On ne connait pas encore les raisons» de leur exécution, a déclaré à l’Agence France-Presse le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane, affirmant qu’il s’agissait là «d’un crime de guerre».

L’EIIL et les rebelles des autres groupes se livrent depuis des mois à une guerre sans merci dans le nord et l’est du pays où le groupe ultra-radical est accusé des pires atrocités et de volonté hégémonique.

Pendant ce temps à Alep, toujours selon l’OSDH, près d’une dizaine de quartiers situés notamment dans l’est de la ville ont été bombardés par des hélicoptères militaires.

Ici, sur cette vidéo diffusée par l’OSDH, on essaie de tirer les victimes des décombres après que les hélicoptères du régime de Damas ont bombardé à coup de barils d’explosifs les quartiers rebelle d’Alep, entraînant la mort de deux personnes, nombre susceptible d’augmenter en raison de la présence de victimes sous les décombres et de nombreux blessés, certains dans un état critique.

Toujours selon la même source, les bombardements ont fait au moins 58 morts dont 15 enfants et sept femmes mardi et mercredi, tandis que sept civils dont une femme ont péri lundi.

Alep, ville-martyr et ancienne métropole économique du pays est divisée entre quartiers pro et anti-régime depuis l’été 2012.

Les quartiers rebelles de l’est d’Alep, subissent depuis la mi-décembre une offensive des forces du régime qui s’accompagne d’une pluie de barils d’explosifs largués par hélicoptères et qui a fait jusqu’à maintenant des centaines de morts.

Ces bombardements ont fait l’objet de condamnations d’ONG internationales mais les militants accusent la communauté internationale de rester les bras croisés face à ce « massacre ».

Depuis ces derniers mois, avec l’évacuation de groupes rebelles de Homs et la progression des forces de l’armée syrienne à Alep, le régime de Damas ne cesse de marquer des points à la veille de la présidentielle du 3 juin qui devrait aboutir à la réélection sans surprise de Bachar Al-Assad.

*Avec AFP

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.