Syrie: négociations à Homs, 15 morts par des obus à Alep et Damas

0
Des Syriens constatent les dégâts sur des bâtiments après une attaque au mortier à Homs, le 9 janvier 2014 (AFP)
Des Syriens constatent les dégâts sur des bâtiments après une attaque au mortier à Homs, le 9 janvier 2014 (AFP)

Les négociations sur le retrait des rebelles de Homs, troisième ville de Syrie, étaient samedi dans leur phase finale, tandis que l’armée faisait état d’avancées face aux insurgés dans la province de Damas et à Alep.

Par ailleurs, 15 personnes ont été tuées et près de quarante blessées par des obus à Damas et à Alep (nord), selon l’agence officielle Sana.

Le gouverneur de la province de Homs (centre) Talal al-Barazi et les rebelles ont affirmé samedi à l’AFP que la trêve entrée en vigueur vendredi, qui vise à un retrait des insurgés des derniers secteurs qu’ils occupent dans la Vieille ville, se maintenait et que les négociations se poursuivaient de manière positive.

Les discussions pour débarrasser la ville des armes et des hommes armés ont beaucoup avancé (…) et nous approchons de la fin, a confié M. Barazi.

Pour sa part, un des négociateurs côté rebelle, Aboul Hareth, a précisé à l’AFP que les discussions, commencées il y a deux mois, sont entrées dans une nouvelle étape avec des discussions avec le Front islamique, notamment Liwa al-Tawhid.

Le Front islamique est la plus importante coalition rebelle et regroupe des factions islamistes à travers le pays, notamment Liwa al-Tawhid, très présent à Alep.

Une partie de l’accord concerne la libération d’officiers iraniens aux mains de Liwa al-Tawhid à Alep, a dit le représentant rebelle.

Selon lui, l’ambassadeur d’Iran à Damas ainsi que des responsables de la sécurité de l’ambassade de Russie ont participé aux négociations afin de forcer le régime à ouvrir une voie sécurisée à Homs.

Aboul Hareth a affirmé être mandaté par tous les groupes, y compris le Front al-Nosra, pour négocier la trêve. Tous désirent un passage sécurisé avec des garanties. Il a précisé que les rebelles partiront avec leurs armes légères et laisseront le reste de leur arsenal sur place.

Selon le gouverneur, les négociations se déroulent avec trois représentants rebelles de la Vieille ville et quatre du quartier de Waer, à la périphérie de Homs.

Aboutir à une solution pacifique

L’accord porte sur la Vieille ville et sur le quartier Waer mais sa mise en application commencera par la Vieille ville. Il s’agit d’aboutir à une solution pacifique ramenant la sécurité, a précisé le gouverneur.

La Vieille ville, en ruines, n’abrite plus que des combattants mais Waer comprend des centaines de milliers d’habitants, dont beaucoup de déplacés.

Le gouverneur a estimé à 2.800 le nombre d’insurgés à Waer et dans le centre ville. Certains veulent se rendre dans (des localités rebelles) de la province, d’autres veulent rester dans la ville après avoir réglé leurs problèmes avec les autorités, a-t-il dit.

Dans le sud de Damas, une source de sécurité et l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) ont fait état d’avancée militaire dans plusieurs quartiers de Mleiha.

A Alep, l’armée a sécurisé la route reliant l’aéroport à la ville et progresse dans le nord-est vers la prison, assiégée par les rebelles depuis des mois, a indiqué la source de sécurité.

Toujours à Alep, 12 personnes ont été tuées et 16 autres blessées par des obus de mortier sur l’hôpital Saloum et l’hôtel Planet, dans le quartier Aziziya tenu par le régime, selon Sana. En outre, 22 civils, majoritairement des étudiants, ont été blessés par des projectiles lancés contre la faculté d’économie.

Dans la capitale, un tir d’obus a fait trois morts et trois blessés.

Dans l’est du pays, malgré l’appel à une trêve lancé par le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahri, les combats font toujours rage entre les deux groupes jihadistes Front al-Nosra et l’Etat islamique d’Irak et du Levant, dans les provinces de Deir Ezzor et de Raqa.

Un quotidien gouvernemental syrien a par ailleurs vivement critiqué samedi la patronne des opérations humanitaires de l’ONU, Valérie Amos, en l’accusant de mentir et en réclamant son remplacement.

Jeudi, Mme Amos avait constaté lors d’une réunion devant le Conseil de sécurité l’échec des efforts pour améliorer la livraison des secours à la population syrienne.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.