Ukraine: alors que la crise ne se résorbe pas, Stephen Harper félicite le nouveau président élu

0
Le Premier ministre canadien Stephen Harper, à la Chambre des Communes, à Ottawa. (Archives/PMO)
Le Premier ministre canadien Stephen Harper, à la Chambre des Communes, à Ottawa. (Archives/PMO)

Le Premier ministre Stephen Harper, a parlé ce 28 mai avec le nouveau président ukrainien pro-occidental Petro Poroshenko et «il l’a félicité personnellement d’avoir remporté les élections présidentielles en Ukraine le 25 mai», alors que la crise ne se résorbe pas.

M. Poroshenko a pour sa part «exprimé sa profonde gratitude pour l’amitié entre les deux pays et pour le leadership solide dont le Canada fait preuve pour appuyer l’Ukraine, notamment en envoyant des centaines d’observateurs lors des récentes élections», dit le Bureau du premier ministre.

Le gouvernement Harper soutient depuis le début de la crise le nouveau pouvoir à Kiev, quitte à créer un dommage irréparable à ses relations avec la Russie avec qui le canada siège pourtant au Conseil de l’Arctique.

Le Premier ministre Harper a confirmé que le Canada continuera d’être solidaire de l’Ukraine et il a réitéré l’importance de respecter l’intégrité territoriale de ce pays, dit le Bureau du Premier ministre, ajoutant que «Les deux dirigeants ont hâte de pouvoir se rencontrer le plus tôt possible».

Ce qu’ils auront sans doute l’occasion de faire en France où ils ont été invités par François Hollande aux cérémonies du Débarquement le 6 juin où est aussi invité le Président russe, Vladimir Poutine qui s’étonnait récemment de la force du soutien du gouvernement Harper à l’Ukraine, disant ne pas très bien comprendre l’intérêt du Canada dans cette affaire.

Pour sa part, alors que l’Est ukrainien est en proie à la violence, le nouveau Président ukrainien dont l’investiture est prévue pour début juin a promis de «réagir» pour mettre un terme à la «terreur».

«Nous sommes dans une situation de guerre dans l’est de l’Ukraine», a-t-il déclaré au quotidien allemand Bild, ajoutyant «Nous n’allons pas plus longtemps laisser ces terroristes enlever des gens et les tuer […], les laisser occuper des bâtiments et faire fi des lois».

Mais le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a appelé ses homologues américain John Kerry et allemand Frank-Walter Steinmeier pour exiger des gestes rapides de la part du gouvernement ukrainien afin d’arrêter le « bain de sang ».

Pendant ce temps sur le terrain, pour l’instant, rien ne laisse présager une désescalade.

La tension est encore montée ce mercredi avec une attaque meurtrière des insurgés en soirée contre une unité ukrainienne à Lougansk, une des deux capitales de l’Est rebelle.

Quant à Donetsk, déserte depuis les combats sanglants de lundi, de nouveaux tirs ont été entendus dans le centre-ville et la zone proche de l’aéroport, inaccessible depuis les intenses combats lundi qui ont fait une quarantaine de morts, principalement chez les rebelles.

Les autorités ukrainiennes ont aussi indiqué mercredi œuvrer à la libération de quatre observateurs de l’OSCE retenus depuis lundi soir dans un endroit inconnu par des insurgés

L’Ukraine est aussi engagé dans d’intenses négociations en vue d’éviter une coupure du gaz russe liée à des impayés qui inquiète beaucoup les Européens.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.