Visite surprise de Ban-Ki moon au Soudan du Sud et rencontre avec Salva Kiir

0
Le Secrétaire général Ban Ki-moon dans le camp de déplacés de la MINUSS de Tomping (ONU)
Le Secrétaire général Ban Ki-moon dans le camp de déplacés de la MINUSS de Tomping (ONU)

Le même jour où les États-Unis annonçaient leurs premières sanctions contre le Soudan du Sud, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a effectué mardi une visite surprise dans le le pays ravagé par un conflit violent qui oppose depuis plusieurs mois le Président Salva Kiir et son ancien Vice-Président Riek Machar sur fond de violences interethniques.

Cette visite surprise n’est pas sans rappeler celle qu’il avait effectué le 5 avril, à deux jours du 20e anniversaire du génocide rwandais, dans la capitale centrafricaine, où il avait lancé dans un discours au parlement provisoire un vibrant appel aux leaders centrafricains pour qu’ils empêchent un nouveau génocide en Afrique.

Mardi, au Soudan du Sud, où la communauté internationale craint aussi un génocide, le Secrétaire général a rencontré dans la capitale Juba le Président Kiir ainsi que des leaders de la société civile, en particulier des groupes de femmes et des groupes religieux, a indiqué la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) dans un communiqué de presse.

«Depuis le début de la crise actuelle, le Secrétaire général a appelé à plusieurs reprises les dirigeants à trouver une solution politique et à mettre fin immédiatement à la violence qui a causé des souffrances à trop de civils innocents », a ajouté la MINUSS.

M. Ban a aussi visité avec sa Représentante spéciale et chef de la MINUSS, Hilde Johnson, le site de Tomping de la MINUSS où des civils ont trouvé refuge.

Le Secrétaire général a également rencontré des employés de l’ONU et des casques bleus afin de les remercier pour leur dévouement alors qu’ils continuent à protéger des milliers de civils sud-soudanais.

À l’issue de sa rencontre avec le Président Salva Kiir, le Secrétaire général a rappelé qu’il était venu au Soudan du Sud il y a trois ans pour la cérémonie d’indépendance du pays. « C’était plein de joie, d’excitation et d’espoir d’un avenir meilleur », a-t-il dit.

«Aujourd’hui, je suis ici le coeur rempli de tristesse », a-t-il ajouté. « J’ai rencontré des personnes déplacées qui sont accueillies actuellement dans le site de la MINUSS. Les Nations Unies continueront à les aider afin qu’elles puissent retourner chez elles dès que possible. »

Par ailleurs, le Secrétaire général a indiqué qu’il allait parler au téléphone avec Riek Machar depuis Juba. « Il est nécessaire que le Président Salva Kiir et Dr. Machar s’assoient autour d’une table pour répondre à cette crise grâce au dialogue, d’une manière pacifique».

De leur côté, mardi, les États-Unis ont enfin annoncé leurs premières sanctions contre le Soudan du Sud, ciblant deux généraux, l’un appartenant forces gouvernementales de Salva Kiir, l’autre aux forces rebelles de son rival Riek Machar de la rébellion.

Aux termes de ces sanctions, les deux dirigeants visés ne peuvent plus commercer avec des entités américaines et voient leurs éventuels avoirs aux États-Unis gelés.

Depuis le début de la crise, à la mi-décembre, la situation au Soudan du Sud n’a cessé de dégénérer.

Le plus jeune État de la planète, né en 2011, est le théâtre d’affrontements entre les troupes du président Salva Kiir et de son ancien vice-président Riek Machar, limogé en juillet dernier et accusé d’avoir fomenté un coup d’État, ce qu’il dément.

À la rivalité entre les deux dirigeants s’ajoutent de vieilles rancunes entre les dinka, dont est issu Salva Kiir, et les nuer, la communauté de Riek Machar.

Des milliers de personnes ont déjà péri dans ce conflit et au moins 1,2 million de Sud-Soudanais ont dû fuir leur domicile.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.