Yémen: Al-Qaïda en mode «vengeance», un ministre échappe à une embuscade

0
Un soldat yéménite vérifie l'identité d'un homme à un checkpoint à Sanaa le 15 avril 2014 (Archives/Mohammed Huwais/AFP)
Un soldat yéménite vérifie l’identité d’un homme à un checkpoint à Sanaa le 15 avril 2014 (Archives/Mohammed Huwais/AFP)

De hauts responsables militaires yéménites ont échappé vendredi à une embuscade tendue par Al-Qaïda dans le sud du pays, où l’armée poursuit une offensive contre le réseau extrémiste.

Cette attaque manquée contre un convoi transportant le ministre de la Défense Mohamed Nasser Ahmad et des responsables de la Sécurité est survenue quelques heures après la mort d’un chef « dangereux et recherché » d’Al-Qaïda, tué par les forces armées à Sanaa.

Des hommes ont ouvert le feu sur un convoi qui transportait le ministre de la Défense, le chef du renseignement Ali Hassan al-Ahmadi et celui de la police militaire Awad Majwar al-Awlaqi, de retour d’un déplacement à Abyane (sud) pour évaluer les avancées de l’offensive contre Al-Qaïda.

Peu auparavant, un attentat à la bombe a blessé onze policiers dans l’est de Sanaa.

L’armée yéménite a lancé le 29 avril une opération d’envergure pour déloger Al-Qaïda de ses bastions des provinces de Chabwa et d’Abyane (sud), affirmant lui avoir infligé de lourdes pertes et lui avoir pris plusieurs positions et secteurs.

L’opération militaire vise Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (Aqpa), bien implanté dans le sud et l’est du Yémen et considéré comme la plus dangereuse des branches du réseau par les Etats-Unis, principal allié du Yémen dans la lutte anti-terroriste.

Les insurgés d’Aqpa sont en outre régulièrement visés par des attaques menées par des drones américains, dont l’usage a été défendu par le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi en personne.

Les forces yéménites ont pris hier contrôle de Azzane un bastion d’Al-Qaïda dans la province de Chabwa le 8 mai 2014

Lors d’un accrochage avec les forces de sécurité près du palais présidentiel à Sanaa jeudi soir, Mohamed Saïd al-Chabwani, «l’un des membres d’Al-Qaïda les plus dangereux et les plus recherchés», a été tué, a indiqué un porte-parole du haut comité de la sécurité.

Mercredi, les forces de sécurité avaient annoncé avoir abattu Waël Abdallah Massoud al-Waëli, le chef «d’une cellule terroriste», responsable du meurtre d’un Français lundi à Sanaa. Et le ministère de l’Intérieur avait annoncé l’arrestation de « cinq terroristes d’Al-Qaïda » à Sanaa.

«Ces énormes pertes vont pousser Al-Qaïda à commettre des actes hystériques et désespérés, en mobilisant ses partisans et ses cellules dormantes pour s’en prendre aux officiers de la police et de l’armée», a averti le ministère de l’Intérieur.

Jeudi soir, l’ambassade d’Arabie saoudite a essuyé des tirs, et la multiplication des actes de violence a conduit les États-Unis à annoncer cette semaine la fermeture «jusqu’à nouvel ordre» de leur ambassade au public.

Le Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique où la population est fortement armée, est touché par une violence endémique, qui cible notamment ses installations pétrolières, le privant d’une part importante de ses recettes.

Al-Qaïda a multiplié ces derniers mois les attaques spectaculaires dans le pays, dont la dernière a visé début avril un QG de l’armée à Aden (sud) faisant 20 morts. Ce QG, selon le réseau, servait à diriger les attaques de drones américains.

*Avec AFP

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.