Yémen: une autre riposte d’Al-Qaïda à l’offensive de l’armée fait au moins 15 morts

Un soldat yéménite vérifie l'identité d'un homme à un checkpoint à Sanaa le 15 avril 2014 (Archives/Mohammed Huwais/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un soldat yéménite vérifie l'identité d'un homme à un checkpoint à Sanaa le 15 avril 2014 (Archives/Mohammed Huwais/AFP)
Un soldat yéménite vérifie l’identité d’un homme à un checkpoint à Sanaa le 15 avril 2014 (Archives/Mohammed Huwais/AFP)

Al-Qaïda au Yémen a mené dans la nuit de vendredi à samedi une attaque massive d’Al-Qaïda au Yémen a mené dans la nuit de vendredi à samedi à Seyoun, une ville du sud-est, en riposte à l’offensive lancée fin avril par l’armée contre le réseau extrémiste, a fait au moins 15 morts.
—-
Mise à jour au 24/05/2014

Les combattants ont quitté les lieux dans la matinée et une source des services de sécurité a fait état de 30 morts, 20 militants et dix membres des forces de sécurité.

—-

Le QG de la première région militaire, le siège des services de renseignement, un commissariat de police, le QG des forces spéciales, des bâtiments publics et des banques ont été visés dans l’attaque.

Au moins 15 soldats et policiers ont été tués dans les combats déclenchés par l’attaque. Dans le même temps, Al-Qaïda «a perdu 12 combattants, dont trois kamikazes, mais a pu évacuer dans sa retraite une vingtaine de blessés», selon un responsable de l’administration locale, cité par l’AFP.

L’armée, qui pourchasse les combattants depuis fin avril dans le sud du pays, affirmait avoir marqué des points contre le réseau à la faveur des récentes opérations militaires

Les spécialistes estiment plutôt qu’Al-Qaïda a évité le contact avec l’armée, choisissant de se replier dans les zones montagneuses pour garder intacte sa capacité d’attaque, ce que semble confirmer l’attaque d’aujourd’hui.

Le 5 décembre 2013 Al-Qaïda avait lancé une attaque contre le siège du ministère de la Défense à Sanaa qui avait fait 56 morts et le 3 avril 2014, le QG de l’armée à Aden, principale ville du sud du Yémen, avait également été attaqué de la même manière.

Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA), considérécomme la branche la plus dangereuse du réseau extrémiste, a su profiter de l’affaiblissement du pouvoir central en 2011, à la faveur de l’insurrection populaire contre l’ancien président Ali Abdallah Saleh, pour renforcer son emprise dans le pays.

Dans une vidéo récente, Al-Qaïda au Yémen avait fait étalage de sa puissance en montrant des dizaines de ses combattants, la plupart à visage découvert, arriver dans des véhicules tout terrain flambant neufs pour fêter l’évasion d’une prison de Sanaa de plusieurs d’entre eux.

Dans cette vidéo, le chef d’AQPA (Al-Qaïda dans la péninsule arabique) Nasser Al-Wahichi affirmait, au milieu de dizaines de ses partisans, que la «guerre contre les Croisés va se poursuivre partout dans le monde», dans une claire allusion aux pays occidentaux engagés contre la lutte contre le réseau extrémiste.

*Avec AFP