Anniversaire du débarquement et de la bataille de Normandie: Ottawa se souvient

0

En commémoration du 70ème anniversaire du jour J et de la bataille de Normandie, une cérémonie s’est tenue vendredi 6 juin à Ottawa en présence de nombreux vétérans.

S’exprimant en français et en anglais, le gouverneur général David Johnston, a ouvert la cérémonie en louant le courage des soldats canadiens. Se tournant vers les vétérans présents – dont plusieurs ont participé à la bataille de Normandie – il s’est dit «touché par leur bravoure et leurs sacrifices ». «Il y a 70 ans vous ignoriez ce que cette bataille vous réservait. Vous avez ouvert les yeux ce matin-là ne sachant pas si vous verriez le jour suivant».

Peter Mackay, ministre de la Justice et ex-ministre de la Défense nationale, a lui insisté sur le devoir de mémoire. «Le débarquement de 14.000 soldats canadiens et alliés […] a changé le cours de l’histoire. On n’insistera jamais assez sur l’importance du Jour J».

Si les soldats canadiens sont ceux qui ont pénétré le plus profondément en territoire français après le débarquement, ce sont aussi ceux qui ont souffert le plus de pertes au sein de l’armée royale britannique. Près de 1.000 soldats canadiens ont été blessés à Juno Beach le jour du débarquement.

Le Ministre de la Justice a ajouté que le rassemblement d’aujourd’hui était l’occasion d’envoyer un message fort. La cérémonie devait servir de rappel pour que tous les Canadiens se souviennent de ceux qui ont servi leur pays, des sacrifices des soldats canadiens, qu’ils soient aujourd’hui vétérans ou encore en service.

La France n’oublie pas

Rappelant que 450 Canadiens furent parachutés avant l’aube le jour du débarquement, Alexandre Vulic, premier conseiller, chargé d’affaires a.i à l’ambassade de France au Canada, a lui aussi rendu hommage aux vétérans canadiens: «À Juno Beach, notre cœur se serre d’émotion et se gonfle de reconnaissance. Merci au Canada ; la France n’oubliera jamais».

Il a également annoncé que la France décernera la légion d’honneur, plus haute décoration honorifique française, aux survivants canadiens ayant participé au débarquement.

Par ailleurs, un dispositif spécial est mis en place à Ottawa par l’ambassade de France à l’occasion de cette commémoration. Un message de gratitude est projeté chaque soir sur la façade du Parlement jusqu’au 9 juin et une exposition photographique consacré à la présence canadienne en France au moment du débarquement est accessible au grand public sur les grilles de l’ambassade de France jusqu’au 30 juin.

Autre témoin du temps: le Hawker Typhoon

Réunies au musée de l’aviation et de l’espace du Canada, les quelques 2.000 personnes présentes ont notamment pu découvrir le Hawker Typhoon, un avion de chasse de l’Aviation Royale ayant participé au débarquement de Normandie dans le cadre de l’opération Overlord. Particulièrement vulnérables – notamment en raison de défaillances structurelles et d’une mise en service précipitée – les Typhoons engagés pendant le débarquement étaient escortés par des Spitfires volant à une altitude plus élevée.

D’anciens pilotes du Typhoon pendant la Seconde guerre mondiale étaient d’ailleurs présents lors de la cérémonie.

Trois années de négociations avec Londres ont été nécessaires afin que le Typhoon, dont il s’agit du dernier exemplaire original et complet, puisse traverser l’Atlantique. Le Royal Air Force Museum britannique a accédé à la demande de prêt du Canada et le Typhoon est donc désormais exposé au musée de l’aviation et de l’espace du Canada pour une durée de deux ans.

Dans le hall d’exposition du musée, le Typhoon côtoiera un voisin certes plus jeune mais dont la date de départ à la retraite approche, le CF-18. Son successeur tant attendu devrait être connu très prochainement.

Ancien analyste à l’OTAN et aux ministères français de la Défense et des Affaires étrangères, Benoît Maraval s’est spécialisé dans les affaires civilo-militaires, la maîtrise des armements et les relations avec les pays membres de la CEI. Benoît s’intéresse également aux stratégies et aux outils de communication institutionnelle.

Les commentaires sont fermés.