Corée: l’ONU ouvrira une antenne au Sud pour surveiller les droits de l’Homme au Nord

0
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prononce son discours du Nouvel An (KCNA)
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prononce son discours du Nouvel An (KCNA)

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a annoncé cette semaine qu’il allait établir une antenne en Corée du Sud pour suivre la situation des droits de l’homme en Corée du Nord, rapporte le service d’information de l’ONU.

Cette antenne du HCDH aura pour mission de renforcer le suivi et la documentation de la situation des droits de l’homme en Corée du Nord, afin d’assurer une meilleure visibilité de la situation et permettre des efforts de sensibilisation.

« Depuis l’adoption de la résolution du Conseil des droits de l’homme en mars, des consultations ont été menées entre les États membres et le HCDH pour établir cette structure sur le terrain pour effectuer le suivi des recommandations de la Commission d’enquête et pour mettre en œuvre la résolution de façon efficace », a expliqué une porte-parole du HCDH, Ravina Shamdasani, lors d’une conférence de presse à Genève.

«Le 28 mai, la République de Corée a annoncé au HCDH qu’elle acceptait d’héberger cette structure sur son territoire. L’emplacement de l’antenne en République de Corée présente un certain nombre d’avantages, dont la proximité avec la RPDC [République Populaire Démocratique de Corée, la Corée du Nord], l’utilisation de la même langue et l’accès privilégié aux victimes de violations des droits de l’homme et autres témoins », a-t-elle ajouté.

«Le HCDH souligne son engagement à effectuer le suivi du rapport de la Commission d’enquête afin d’assurer la responsabilité des personnes qui sont responsables de violations graves des droits de l’homme, notamment des crimes contre l’humanité, l’enlèvement de personnes dans des pays tiers, et pour aider à réduire les souffrances des habitants» de la Corée Nord», a aussi affirmé la porte-parole.

Un rapport de l’ONU publié en février dernier accusait le régime nord-coréen de nombreuses violations des droits de l’Homme.

Constituée en mai 2013 par le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à Genève, la commission d’enquête qui s’est saisie du dossier nord-coréen, mettait en lumière plusieurs crimes contre l’humanité impliquant Kim Jong-un, à la tête de la Corée du Nord depuis 2011.

«De multiples crimes contre l’humanité, découlant de politiques étables au plus haut sommet de l’État, ont été commis et continuent d’être commis en République populaire démocratique de Corée», disait le rapport.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.