Égypte: après deux révolutions, intronisation du nouveau président et espoirs de «renaissance»

0
Capture d'écran de la chaîne de télévision d'Etat égyptienne montrant le nouveau président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (c) prêtant serment au Caire le 8 juin 2014, aux côtés du président par intérim Adly Mansour (d) (AFP)
Capture d’écran de la chaîne de télévision d’État égyptienne montrant le nouveau président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (c) prêtant serment au Caire le 8 juin 2014, aux côtés du président par intérim Adly Mansour (d) (AFP)

Le Maréchal Abdel Fattah El-Sisi a officiellement prêté serment en tant que président de l’Égypte ce dimanche 8 juin, devenant le deuxième président élu du pays depuis la chute en 2011 d’Hosni Moubarak, rapporte le journal pro-gouvernementale égyptien Al Arham, soulignant le caractère «démocratique» de son accession à la présidence.

L’ex chef de l’Armée, qui avait destitué le Président islamiste Mohamed Mirsi le 3 juillet dernier après des mois de violences et de contestation populaire, a rpêté serment à la Cour suprême constitutionnelle (CSC) en présence du président par intérim sortant Adly Mansour, du Premier ministre Ibrahim Mahlab intérimaire, Al-Azhar grand imam d’Al-Azhar, la plus haute autorité religieuse du pays, Ahmed El-Tayyeb et le patriarche copte orthodoxe Tawadros II.

La prestation de serment a été suivie par une cérémonie d’investiture au palais présidentiel d’Ittihadiyadans le quartier Héliopolis du Caire, en présence de dirigeants arabes, africains et internationaux et de leurs représentants.

Parmi les participants importants figuraient les dirigeants des États du Golfe qui ont fermement soutenu l’éviction de Morsi l’été dernier et qui ont depuis accordé à l’Égypte des milliards de dollars d’aide: le prince héritier Salman Ibn Abdel-Aziz de l’Arabie saoudite, le prince héritier Mohamed Ibn Zayed des Émirats arabes unis et l’Émir du Koweït Cheikh Sabah Al-Ahmed.

En dépit de près d’un an de long brouille entre le Caire et Doha – un allié de l’organisation maintenant interdite des Frères musulmans dont est issu le président islamiste déchu Mohamed Morsi – l’émir du Qatar a envoyé un télégramme pour féliciter Al-Sisi.

Par contre, les dirigeant dirigeants occidentaux ont brillé par leur absence à la cérémonie où ils plutôt choisi d,envoyer des délégués..

Une exception notable, cependant, la Russie, qui a été représenté par son Président de la Douma Sergey Narychkine, alors que les États-Unis ont envoyé Thomas A. Shannon, un conseiller du secrétaire d’État américain John Kerry.

Snobée par l’Amérique, l’Égypte se tourne d’ailleurs de plus en plus vers la Russie pour s’armer.

En février dernier, la Russie a signé un contrat pour la fourniture en Égypte d’un grand volume de matériel militaire et, en mai, des exercices communs permettaient maintenant de montrer cet équipement à l’œuvre.

Le Caire veut maintenant acquérir des chasseurs MiG-29, des missiles antiaériens, des hélicoptères Mi-35, des complexes côtiers antinavires et des munitions.

«Moscou intensifie sa coopération globale dans le secteur militaro-technique avec l’Égypte pour revenir au niveau des années 1950-60, quand l’URSS avait de facto réarmé toute l’armée égyptienne», avait déclaré le mois dernier Sergueï Sereguitchev, expert de l’Institut du Proche-Orient, dont les propos étaient rapportés par la presse russe.

S’adressant aux participants, Andel Fatah Al-Sisi a exprimé aujourd’hui son espoir de «renaissance interne et externe pour le pays» et a promis d’établir un «État,juste, fort et sûr», rapporte Al Ahram.

«La nouvelle Égypte est impatiente de contribuer à la mise en œuvre de la sécurité et l’indépendance de la région», a déclaré le nouveau Président.

«Le temps est venu pour le peuple égyptien de récolter les fruits des deux tours», a-t-il dit, se référant aux 25 janvier 2011 et au 30 juin 2013, dates des soulèvements qui ont renversé, l’un Hosni Moubarak, l’autre Mohamed Morsi.

Au cours de son allocution, Al-Sisi a aussi promis que son mandat présidentiel sera inclusif et qu’il sera à l’écoute de «l’autre», ajoutant «nous allons avoir des désaccords pour le bien de la nation, et non au détriment de la nation ».

Il a déclaré qu’il avait l’intention de faire des efforts pour les développements internes et externes et pour rétablir le rôle de l’Egypte, que ce soit dans le monde arabe ou en Afrique.

Remerciant l’Arabie Saoudite et le roi Abdallah pour son soutien, le maréchal a appelé les autres pays à participer à la conférence des bailleurs de fonds internationaux qu’a lancé la semaine dernière le roi d’Arabie saoudite pour aider l’Égypte, affectée par trois années de crise économique depuis le soulèvement 2011 .

Finalement, la cérémonie d’investiture de l’après-midi a été suivie d’un déjeuner et, plus tard, aura lieu une soirée de gala au palais d’Al-Quba avec 1300 invités de l’Égypte et du monde entier.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.