EIIL: au moins 30 morts dans une explosion en Syrie près de la frontière irakienne

Des membres d'une brigade islamiste en Syrie le 25 février 2013 à Deir Ezzor, dans l'est (Photo: Archives/Zac Baillie/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des membres d'une brigade islamiste en Syrie le 25 février 2013 à Deir Ezzor, dans l'est (Photo: Archives/Zac Baillie/AFP)
Des membres d’une brigade islamiste en Syrie le 25 février 2013 à Deir Ezzor, dans l’est (Archives/Zac Baillie/AFP)

Au moins 30 rebelles appartenant au Front Al-Nosra ont été tués samedi dans une puissante explosion attribuée au groupe jihadiste rival de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) dans un marché d’armes à Al-Mayadeen, une ville syrienne proche de la frontière avec l’Irak, où le groupe ultra-radical groupe s’est emparé ces dernier jours de plusieurs secteur et se trouve maintenant aux portes de Bagdad.

«Une puissante explosion a secoué un marché de vente d’armes aux terroristes à Al-Mayadeen. Trente terroristes ont été tués et des dizaines ont été blessés», a indiqué la télévision d’État syrienne, le régime Assad appelle indistinctement «terroristes» tous les rebelles qui s’opposent à lui, ndlr].

Selon, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), un organisme indépendant qui s’appuie sur un vaste réseau en Syrie, il s’agirait «une bombe à l’intérieur du véhicule d’un trafiquant d’armes» qui a explosé par accident, «provoquant des explosions successives dans les munitions et les armes qui se trouvaient» sur les lieux.

«Au moins huit civils ont péri et 21 autres ont été blessés», indique l’OSDH qui a diffusé une vidéo montrant les corps carbonisés (Attention: images crues)

Al-Mayadeen, ville de l’est de la Syrie située à 80 km de l’Irak, est sous le contrôle de rebelles islamistes et de la branche syrienne d’Al-Qaïda, le Front Al-Nosra.

Al-Nosra est en guerre à la fois contre le régime de M. Assad et contre l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui opère en Syrie et en Irak et qui est réputé le groupe jihadiste le «plus dangereux du monde».

Groupe ultra-radical, l’EIIL, qui aspire à créer un émirat islamique entre l’Irak et la Syrie, et qui contrôlait déjà depuis janvier Fallouja à 60 km à l’ouest de Bagdad, a pris plusieurs secteurs du nord de l’Irak en début de semaine dans une offensive spectaculaire.

Avec la débandade des forces armées qui ont abandonné leurs postes, les de L’EIIL jihadistes ont réussi à prendre depuis mardi Mossoul et sa province Ninive (nord), Tikrit et d’autres régions de la province de Salaheddine, ainsi que des secteurs des provinces de Diyala (est) et de Kirkouk (nord) et progressent maintenant vers la capitale irakienne.

En Syrie, le groupe ultra-radical, rejeté par les autres groupes rebelles pour sa brutalité, ses rapts et ses exactions, multiplie ses attaques contre les rebelles plus modérés et même, Al-Nosra, la branche officielle d’Al-Qaïda, notamment dans l’est de la Syrie, dans la province pétrolière de Deir Ezzor, où plus de 600 personnes ont péri depuis fin avril dans les combats.

Mince consolation, dans la province de Deir Ezzor, le Front Al-Nosra a mis la main vendredi soir pour la première fois sur cinq Hummer et trois autres véhicules appartenant à l’armée irakienne après le retrait de celle-ci d’une région frontalière faisant face à la ville de Boukamal.