Irak: «à l’assaut de Bagdad» lancent les djihadistes de l’EIIL

Abou Mohammed al-Adnani (Archives/capture ISI/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Abou Mohammed al-Adnani (Photo: capture ISI/45eNord.ca)
Abou Mohammed al-Adnani (Photo: capture ISI/45eNord.ca)

Dans un document sonore publié sur des forums djihadistes, le porte-parole de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) Abou Mohammed al-Adnani, exhorte les insurgés à marcher sur Bagdad et critique le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki pour son incompétence.
—-
Mise à jour du 12/06/2014 à 8h46

Les djihadistes sont maintenant à moins de 100 km de Bagdad, après avoir contourné Samarra dont ils ne parvenaient pas à s’emparer, ils ont plutôt pris Dhoulouiya. Dans cette ville située à 90 km au nord de la capitale, les hommes armés sillonnent maintenant les rues.

—-

À la question d’où vient le soutien de l’EIIL, ses sources de financements et comment peut-il résister face à tant d’ennemis, al-Adnani répond: «Vous connaissez la vérité, le soutien de l’EIIL ne lui vient que de Dieu».

«Continuez à vous étendre. La bataille ne fait pas encore rage, mais elle fera rage à Bagdad et à Karbala. Mettez vos ceintures et soyez prêts», affirme aussi le porte-parole dont les propos sont traduits par le réseau américain de surveillance des sites islamistes SITE INTELLIGENCE GROUP.

«Marchez sur Bagdad», dit-il plus loin.

S’adressant à M. Maliki, qu’il qualifie de vendeur de sous-vêtements, il déclare: «Personne n’est plus fou que vous, sauf ceux qui vous acceptent comme Premier ministre et commandant. Vous avez perdu une occasion historique pour votre peuple de contrôler l’Irak et les chiites vous maudiront toujours, aussi longtemps qu’ils vivront», ajoute le porte-parole.

Depuis le lancement de la conquête de l’Irak, les djihadistes sunnites se sont emparés de la deuxième ville d’Irak (Mossoul), de sa province (Ninive), et de plusieurs secteurs dans deux provinces proches (Kirkouk et Salaheddine), majoritairement sunnites.

Ils se sont aussi emparés de la ville de Tikrit, à 160 km au nord de Bagdad, et ont tenté, en vain, de prendre Samarra, à une centaine de kilomètres de la capitale, selon des témoins.

Il y a plusieurs semaines, Abou Mohammed al-Adnani, avait rappelé à ses disciples la rupture et les raisons de celle-ci, avec Al-Qaïda: «En vérité, Al-Qaïda n’est plus la base du djihad, au contraire son leadership combat maintenant contre le projet de l’État islamique et du Califat à venir. Ils ont altéré la méthodologie, ils sont devenus suspicieux, ils ont accepté l’allégeance des dissidents, ils ont séparé les rangs des moudjahidines, ils ont commencé la guerre contre l’État islamique qui a été établi avec le sang des monothéistes, cet État qui a été salué et soutenu par les leaders du djihad».

L’ONU gravement préoccupée

Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exhorté la communauté internationale à s’unir pour exprimer sa solidarité avec l’Irak, confronté à un grave défi en matière de sécurité.

Par ailleurs, le Conseil de sécurité va se réunir ce jeudi pour discuter de la situation en Irak. La réunion du Conseil, qui aura lieu à huis-clos, débutera à 11h30. L’envoyé spécial de l’ONU en Irak, Nickolay Mladenov, y interviendra par vidéo-conférence.

Les États-Unis ont pour leur part promis d’aider l’Irak, y compris militairement, face à cette offensive qui a mis en déroute l’armée formée et équipée par Washington, deux ans et demi après son retrait militaire.


Discours du porte-parole de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) Abou Mohammed al-Adnani, exhortant les insurgés à marcher sur Bagdad.