Irak: pas de répit dans les violences, 33 morts dans le nord du pays

0
Depuis le début de l'année, les violences ont fait plus de 4 300 morts en Irak (Marwan Ibrahim/AFP)
Depuis le début de l’année, les violences ont fait plus de 4 300 morts en Irak (Marwan Ibrahim/AFP)

Au moins 33 personnes sont mortes ce vendredi 6 juin dans le nord de l’Irak où 23 personnes ont été tuées dans des affrontements ont opposé militants et forces de sécurité à Mossoul, tuant 23 personnes, ont indiqué des responsables, rapporte l’AFP.

Dans l’ouest de Mossoul, quatre policiers et trois soldats ont péri dans des affrontements avec des insurgés, qui ont perdu 16 hommes dans ces combats. Un tir de mortier a tué un civil, également dans la partie occidentale de cette grande ville du nord irakien.

Dans le village d’Al-Mouwaffaqiyah, à l’est de Mossoul où les habitants appartiennent principalement à la minorité Chabak, secte ésotérique kurde, au moins quatre personnes ont été tuées et 45 blessées lorsque deux kamikazes ont fait détoner des voitures piégées.

Des attentats, conduits par des groupes islamistes sunnites considérant les Chabaks comme des hérétiques, visent régulièrement cette communauté qui compte quelque 30’000 membres et vit aux confins de la frontière turque.

Dans la région d’Hamam al-Alil, au sud de Mossoul, des soldats ont abattu cinq kamikazes qui s’apprêtaient à faire détoner leurs explosifs, toujours selon la police et la morgue.

Ces violences interviennent au lendemain d’un assaut lancé par des insurgés sur la ville de Samarra, à 110 km au nord de Bagdad, dont ils ont occupé plusieurs quartiers avant d’être chassés par l’armée au prix de violents combats ayant fait des dizaines de morts.

Ici, le ministre des Affaires étrangères, John Baird, s’est déclaré «préoccupé par la montée du terrorisme en Iraq qui a permis à des tenants de l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) de prendre temporairement le contrôle de certains secteurs de la ville de Samarra».

«Des actes de terrorisme et de violence ont entraîné la mort de près de 3 000 civils iraquiens depuis le début de l’année 2014. À Falloujah, à Samarra et ailleurs en Iraq, les populations civiles subissent les tirs croisés de l’EIIL et des forces de sécurité», a souligné le ministre canadien en exhortant «toutes les parties à ne pas s’en prendre aux civils et à protéger les installations médicales.»

Les violences ont fait plus de 4300 morts dans le pays depuis le début de l’année, dont 900 pour le seul mois de mai, des niveaux jamais atteint depuis 2008, lorsque le pays sortait à peine d’un conflit confessionnel sanglant, après l’invasion américaine de 2003.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.