Israël: l’opération «Gardien de nos frères» est aussi l’occasion d’affaiblir le Hamas

0
163
Le chef d'État major israélien, Benny Gantz (IDF)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
En Israël, où le rapt de trois jeunes garçons le 12 juin a causé un vif émoi, on fait grand cas de ce que les Palestiniens se soient réjouis de l'enlèvement. Ici, une photo fournie par l'armée israélienne d'étudiants de l'Université Birzeit à Ramallah qui distribuent des friandises pour célébrer le kidnapping (IDF)
En Israël, où le rapt de trois jeunes garçons le 12 juin a causé un vif émoi, on fait grand cas de ce que les Palestiniens se soient réjouis de l’enlèvement. Ici, une photo fournie par l’armée israélienne d’étudiants de l’Université Birzeit à Ramallah qui distribuent des friandises pour célébrer le kidnapping (IDF)

Depuis le début des recherches pour retrouver les trois jeunes israéliens enlevés le 12 juin dernier, voulant s’attaquer à ce qu’il perçoit comme la racine du mal, Israël ne fait pas mystère de son intention d’affaiblir par la même occasion le Hamas qu’il tient pour responsable du rapt des trois garçons.

Dans la nuit du 20 juin, les forces de l’armée israélienne et du Shin Bet [sécurité intérieure] ont mené des opérations et des collectes de renseignements dans le but de retrouver les trois garçons.

Vingt-cinq suspects ont été arrêtés à Kalandia, Deheishe, Doura et Arura, ce qui porte à un total de 330 le nombre de personnes arrêtés depuis le début de l’Opération «Gardien de nos Frères».

Au cours de ces activités, les forces israéliennes ont du faire face face à des attaques aux grenades et cocktails Molotov. Dans la ville de Kalandia, un soldat a été légèrement blessé par une grenade lancée sur les troupes de l’armée israélienne qui ont riposté par des tirs d’armes à feu et par des moyens de dispersion d’émeutes.

À Doura, un adolescent palestinien a été tué par balle à Doura rapporte ce vendredi 20 jui l’AFP, citant des sources hospitalière et sécuritaire palestiniennes.

Les soldats ont dû tirer à balles réelles sur des Palestiniens qui lançaient des pierres et des cocktails Molotov, a précisé pour sa part l’armée israélienne.

Toujours selon des sources palestiniennes, citées par l’AFP, un autre Palestinien se trouvait dans un état critique vendredi matin après avoir été blessé à la tête lors de violents affrontements avec les soldats dans le camp de réfugiés de Kalandia, près de Jérusalem.

Parmi les 330 prisonniers arrêtés depuis le début de l’opération, 240 sont des membres du Hamas et 55 faisaient partie de l’échange contre le soldat Gilad Shalit, a aussi précisé l’armée israélienne.

Neuf institutions alliées au Hamas ont également été fouillées où, toujours selon l’armée, de nombreux documents y ont été trouvés et confisqués.

En tout, depuis le début de l’opération, 1150 sites ont été inspectés afin de retrouver les trois kidnappés et 30 institutions du mouvement «Dawa» ont été inspectés. Ces institutions ont été mis en place par le Hamas afin de recruter, de diffuser des informations et de financer des activités terroristes.

«Dawa», un terme signifiant littéralement «appel» ou «prédication», est le nom donné par le Hamas à un vaste réseau civil utilisé pour recruter, diffuser des informations et financer les activités de l’organisation.

Israël, qui n’a jamais digéré la réconciliation du Fatah et du Hamas, suivi de la constitution d’un gouvernement palestinien d’union nationale, ne cache pas que l’un des objectifs clés de l’opération est également de frapper les capacités du Hamas, qu’il tient responsable des enlèvements du 12 juin, en s’attaquant à ses infrastructures.

Outre rechercher les jeunes adolescents enlevés, les soldats ciblent donc aussi les infrastructure du Hamas.

Ainsi, au cours d’une opération à Ramallah dans la nuit de mercredi, les forces de Tsahal ont fermé les bureaux de la chaîne de télévision officielle du Hamas, Al Aqsa et se sont également attaqués aux ressources du Hamas, présent dans l’Université Birzeit, plaque tournante du «terrorisme» à Ramallah.

C’est notamment dans cette université qu’on a pu voir des étudiants palestiniens distribuer des bonbons pour célébrer le kidnapping des trois jeunes israéliens qui pourront plus tard être échangés contre des prisonniers palestiniens. Difficile après cela de faire la paix avec une société que l’on croit toute entière complice de ravisseurs et de meurtriers.


Tsahal ferme les bureaux de la chaîne TV officielle du Hamas (IDF)