La Cérémonie de la Relève de la Garde est de retour à la Citadelle

0
La Relève de la Garde, Citadelle de Québec (Crédit photo: Raymonde Thériault)
La Relève de la Garde à la Citadelle de Québec (Raymonde Thériault/45eNord.ca)

C’est sous un soleil rayonnant et avec quelques nuages dans les environs que la première cérémonie de la Relève de la Garde de l’année s’est déroulée.

Cette cérémonie se déroulera par la suite tous les jours jusqu’à la fête du travail, en septembre, à la Citadelle de Québec.

Cette partie des fortifications, construite par les Britanniques pour se défendre des Américains, est occupée aujourd’hui par le 2e bataillon du Royal 22e Régiment. Il est d’ailleurs possible toute l’année de faire une visite guidée de la Citadelle d’environ une heure, cette dernière qui a refait une beauté à son musée pour les 100 ans de création du Régiment.

Quant à la Relève de la garde, c’est une cérémonie traditionnelle au cours de  laquelle on peut assister au changement de la garde: la garde descendante, qui a eu la responsabilité de surveiller les fortifications durant les dernières 24 heures, est remplacée par la garde montante,  qui prend la relève. Les deux gardes sont accompagnées de la musique du Royal 22e Régiment et du Bouc régimentaire !

La cérémonie se déroule tous les jours à 10h le matin, mais peut être annulée en cas de pluie. Non, les militaires ne sont pas faits en chocolat! Par contre, les uniformes traditionnels et les instruments de musiques peuvent être endommagés. S’il pleut, les visiteurs sont alors invités à revenir avec leur billet de la première visite lorsque le soleil brillera de nouveau!

Durant la visite guidée, on parle aux visiteurs de l’histoire du Royal 22e Régiment, mais également de l’histoire des fortifications. C’est aussi l’occasion de visiter deux musées et la nouvelle partie dans des anciens dortoirs militaires. Des témoignages et des découvertes attendent les visiteurs, ainsi qu’une vue fabuleuse du vieux Québec, du Fleuve St-Laurent et du vieux Lévis.

Les gardes en rouge

Il est également possible d’apercevoir, à l’entrée de la citadelle, deux gardes qui ressemblent à ceux du palais de Westminster à Londres. Deux gardes qui, en uniforme rouge avec un chapeau de poil, surveillent la porte principale et… dont il est impossible de faire rire (n’essayez même pas!)

Le coup de canon

Il vous sera possible d’entendre également le coup du canon, chaque midi, tous les jours.

Cette tradition à la Citadelle remonterait à l’installation de la garnison de l’Artillerie royale canadienne, en 1871. Il y avait alors deux coups de canon par jour. Le premier, à midi, permettait aux habitants de la ville de synchroniser leurs montres, de commencer la pause repas ou encore, marquait l’Angélus, la prière du midi. Le second coup de canon, tiré à 21h30, servait de couvre-feu aux artilleurs et aux soldats descendus en ville. Cette tradition, reprise par le Royal 22e Régiment, a pris fin en 1994. Le coup de midi fut instauré à nouveau en 2008, dans le cadre du 400e anniversaire de la ville de Québec.

La cérémonie de la Retraite

La cérémonie de la Retraite quant à elle commence le premier samedi de juillet et s’inspire d’une tradition européenne datant du 16e siècle, marquant la fin de la journée de service et la fermeture des portes de la ville. La retraite rassemble les gardes sur le terrain de parade, où les drapeaux sont abaissés au son des coups de fusils et de l’hymne national du Canada.

Se retrouve également, à l’intérieur des fortifications,  la résidence du Gouverneur Général, que l’on peut aussi visiter accompagné d’un guide.

Les 100 ans du Régiment

Durant la Première guerre mondiale, les ordres étaient en anglais aux soldats déployés. Puis, vint le moment où l’on s’est rendu compte d’un problème majeur à l’arrivée des Canadiens-français sur les champs de batailles: les ordres étaient aussi donné en anglais aux Canadiens-français. Ces derniers avaient de la difficulté à comprendre rapidement les ordres qui leurs étaient donnés.

C’est ainsi que le 21 octobre 1914, l’Ordre général no 36 autorisa officiellement le recrutement d’un bataillon francophone. Initialement connu sous la dénomination Régiment Royal Canadien-Français, le 22e Bataillon (canadien-français) sera désigné unité francophone tout simplement du fait qu’il fut le vingt-deuxième bataillon d’infanterie. Sa véritable dénomination était le 22nd Infantry Bataillon (French Canadian). Que de discussions et de rencontres il a fallu pour enfin se voir autoriser la formation d’un tel bataillon!

Fille de deux parents militaires, Raymonde Thériault grandit sur différentes bases militaires. À l’université, elle est directrice du journal étudiant. En novembre 2010, elle est déployée avec la Roto 10 en Afghanistan.

Les commentaires sont fermés.