Afrique: la tête de quatre «nouveaux» terroristes mises à prix par les USA pour 18 millions $

Des miliciens du MUJAO (Archives/Romaric Ollo Hien/AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Des miliciens du MUJAO (Archives/Romaric Ollo Hien/AFP)
Des miliciens du MUJAO (Archives/Romaric Ollo Hien/AFP)

Les États-Unis offrent jusqu’à un total de 18 millions $ pour toute information conduisant à l’arrestation de quatre «terroristes» opérant en Afrique de l’Ouest et du Nord qui ont pris place depuis vendredi dans la galerie de la soixantaine de terroristes internationaux pour qui l’Amérique offre une généreuse récompense pour toute information menant à leur capture.

Le programme «Rewards for Justice», «Récompenses pour la justice», du Département d’État offre des récompenses allant jusqu’à 5 millions de $ chacune pour toute information permettant de localiser le Nigérian Khalid al-Barnawi, le Mauritanien Hamad el Khairy, et le Malien Ahmed el Tilemsi, ainsi que d’une récompense de 3 millions $ pour toute information menant à l’arrestation ou la condamnation d’Abu-Yusuf al-Muhajir, qui a sévi en Égypte.

On ne dispose d’une photo que pour Hamad el Khairy et Abu-Yusuf al-Muhajir.

Barnawi

Barnawi est réputé être un chef de file du groupe terroriste basé au Nigeria connu comme Ansaru, et un ancien membre éminent de l’organisation terroriste Boko Haram. Ansaru, précise le Département d’État dans l’offre de récompense, est faction de Boko Haram, a des liens étroits avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), et a cherché à cibler des Occidentaux, y compris les citoyens américains.

Barnawi aurait aidé planifier la séquestrations 2011 par Ansaru d’un britannique et d’un ingénieur italien, qui ont tous deux été tués 10 mois plus tard. Le Département d’État a désigné le 21 juin Barnawi «Specially Designated Global Terrorist» (terroriste international spécialement désigné posant un risque particulièrement élevé ).

Khairy et Tilemsi

Khairy et Tilemsi sont tous deux membres fondateurs du Mouvement de groupe terroriste pour l’unité et le djihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et d’anciens membres de l’AQMI.

Alors qu’il était membre d’AQMI, Khairy a planifié des opérations terroristes contre la Mauritanie et participé à la planification de l’enlèvement de l’envoyé de l’ONU et de l’ambassadeur canadien Robert Fowler au Niger Décembre 2008. Khairy est apparu dans des vidéos du MUJAO menaçant ceux qui s’opposent à l’organisation. En janvier 2012, Khairy a déclaré que l’objectif de MUJAO était d’«imposer la charia dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest.»

Tilemsi est le chef militaire de MUJAO. Auparavant, quand il était membre d’AQMI, Tilemsi a joué un rôle dans l’enlèvement en janvier 2011 de deux ressortissants français au Niger. Le 7 Décembre 2012, le Département d’État américain a inscrit à la fois Khairy et Tilemsi sur sa liste de terroristes internationaux spécialement désignés.

Abu-Yusuf al-Muhajir

Abu-Yusuf al-Muhajir, lui, est un expert en explosifs. Il est un ancien membre du Tawhid w’al Jihad-Egypte (TWJ-Egypte), un groupe extrémiste actif dans la péninsule du Sinaï de 2004 à 2006 et dont les membres rétabli en 2011.

Muhajir a été impliqué dans la planification de l’attaque contre une variété de cibles en Égypte, y compris les intérêts américains.

Le programme «Récompensea pour la justice»

Le programme «Récompenses pour la justice» est administré par le Bureau de la sécurité diplomatique du Département d’État des États-Unis. Depuis sa création en 1984, souligne le Département d’État dans sa nouvelle offre de récompenses pour les quatre terroristes de l’Afrique sud-saharienne, le programme a versé plus de 125 millions de dollars à plus de 80 personnes qui ont fourni des informations «menant à une action qui a mis derrière les barreaux des terroristes ou empêché [la commission] d’actes de terrorisme international dans le monde entier».

Sur la liste d’une soixantaine de terroriste recherchés du programme «Récompenses pour la justice», figure toujours en première place le successeur d’Oussama Ben Laden, Ayman al-Zawahiri, dont la tête est mise à prix à 25 millions $ (la même somme que celle offerte pour Ben Laden avant sa mort), mais de plus en plus de terroristes œuvrant en Afrique de l’ouest et du Nord se retrouvent aussi maintenant sur la liste.

Outre ceux qui font l’annonce de l’offre de récompenses communiquée vendredi par le Département d’État, figurent également sur la liste plus d’une douzaine de terroristes de cette région du monde, dont le Nigérian Abubakar Shekau, chef de Boko-Haram (récompense 7 millions $) et l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, leader et fondateur de la brigade Khaled Abuu al-Abbas (Ceux qui signent avec leur sang), responsable de l’attaque en 2013 du complexe gazier d’In Amenas où ont péris de jeunes islamistes canadiens qui avaient participé à l’attaque et à la prise d’otages qui s’était terminé dans un bain de sang.