L’armée israélienne a trouvé les corps des trois adolescents israéliens disparus

De gauche à droite, les trois jeunes israéliens, Gilad (à gauche), Naftali (au centre) et Eyal (à droite), dont l'armée impute l'enlèvement le 12 juin au Hamas (Montage/Armée israélienne)
Temps de lecture estimé : 5 minutes
De gauche à droite, les trois jeunes israéliens, Gilad (à gauche), Naftali (au centre) et Eyal (à droite), dont l'armée impute l'enlèvement le 12 juin au Hamas (Montage/Armée israélienne)
De gauche à droite, les trois jeunes israéliens, Gilad (à gauche), Naftali (au centre) et Eyal (à droite), dont l’armée impute l’enlèvement le 12 juin au Hamas (Montage/Armée israélienne)

L’armée israélienne a trouvé les corps des trois adolescents israéliens enlevés le 12 juin dernier en Cisjordanie et dont Israël impute l’enlèvement au Hamas.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré peu après: «Le Hamas est responsable et le Hamas paiera.Ceux qui ont commis les crimes sont des bêtes.»

Les forces israélienne avait lancé l’opération «Gardien de nos frères» et avait ces 18 derniers jours remué ciel et terre pour retrouver Eyal Yifrach, 19 ans, Naftali Frenkel, 16 ans, et Gil-Ad Shaer, 16 ans, disparus près d’Hébron en Cisjordanie et présumément enlevés par le Hamas pour s’en servir comme monnaie d’échange pour obtenir la libération de prisonniers palestiniens.

En tout, depuis le début de l’opération «Gardien de nos frères», plus de 420 palestiniens ont été arrêtés.

Peu de temps avant l’annonce que les corps ont été retrouvés, l’armée israélienne avait déclaré qu’elle orientait ses recherches vers la région de Bayt Kahil, au nord d’Hébron.

Les corps de trois jeunes garçons ont finalement été trouvés ce lundi 30 juin à 18h (heure d’Israël) non loin de l’endroit où ils sont soupçonnés d’avoir été enlevés.

Ce sont les soldats de la brigade Kfir, de l’unité Maglan et une patrouille civile qui ont découvert une voiture carbonisée avec du sang et des balles et les corps des adolescents enlevés dans une tombe peu profonde dans un terrain vague près de la zone de Halhoul et de la colonie de Telem.

Les corps des trois garçons sont arrivés à l’Institut médico-légal d’Abou Kabir, a aussi annoncé le ministère de la Santé et des échantillons d’ADN ont été dépêchés au laboratoire alors que l’armée israélienne a maintenant fermé toutes les entrées de la ville d’Hébron en Cisjordanie et que la chasse à l’homme pour retrouver les assassins des trois adolescents israéliens continue.

Dimanche soir, des dizaines de milliers d’Israéliens s’étaient rassemblés sur la Place Rabin à Tel-Aviv pour soutenir les familles et exiger le retour des garçons.

Même le président palestinien Mahmoud Abbas avait condamné l’enlèvement et exigé le retour des garçons et la réconciliation entre le Hamas et le Fatah du président Abbas, qui a conduit à la formation d’un gouvernement de consensus commun à la Cisjordanie et à Gaza,  semble dorénavant menacée.

Israël plus déterminé que jamais à en finir avec le Hamas

Washington, Londres, Paris et Ottawa ont condamné l’assassinat des trois jeunes garçons, le ministre canadien des Affaires étrangères canadien, John Baird, enjoignant pour sa part l’Autorité palestinienne à travailler avec les autorités israéliennes pour que «les auteurs de cet acte odieux [soient] rapidement traduits en justice», alors que des voix s’élèvent en Israël pour que, non seulement on retrouve et punisse les meurtriers, mais aussi pour qu’on en finisse une fois pour toutes avec le Hamas.

Le président Shimon Peres a déclaré après la découverte des corps «Outre le deuil, nous demeurons déterminés à faire tomber une main de fer sur les terroristes criminels. Notre guerre contre le terrorisme ne fera que croître et non pas s’affaiblir, de façon à ce que les terroristes meurtriers n’osent plus relever la tête».

Le nouveau président élu d’Israël pour sa part, Reuven Rivlin, a déclaré «Ce que nous craignions est arrivé. Notre crainte était profonde, mais nous avions dans nos cœurs l’espoir que même des terroristes meurtriers épargneraient des adolescents».

Le Shin Beth, le service de la sécurité intérieure israélien, avait dévoilé jeudi soir 26 juin les identités des deux principaux suspects de l’enlèvement de trois jeunes Israéliens le 12 juin en Cisjordanie, et, pour lui, il ne faisait aucun doute que les ravisseurs des trois jeunes garçons sont du Hamas, comme l’était ceux du soldat Gilad Shalit, il y a huit ans.

Depuis le début des recherches pour retrouver les trois jeunes israéliens enlevés le 12 juin dernier, voulant s’attaquer à ce qu’il perçoit comme la racine du mal, Israël ne faisait  par ailleurs pas mystère de son intention d’affaiblir par la même occasion le Hamas qu’il tient pour responsable du rapt des trois garçons.

Outre le premier ministre Netanyahu qui  a déclaré que «Le Hamas paiera», le ministre des Transports, Yisrael Katz, qui exprimé ses condoléances aux familles des trois adolescents assassinés, a affirmé également pour sa part «Nous devons agir de manière décisive et détruire les infrastructures du Hamas en Cisjordanie et à Gaza. Nous devons donner au Hamas une leçon qu’il n’oubliera jamais.»

Le ministre de l’Economie et responsable de la Sécurité Naftali Bennett a déclaré quant à lui qu’«il n’y a pas l’absolution pour les meurtriers d’enfants Nos cœurs sont avec les familles en ce moment;. C’est le temps de l’action, pas du bavardage».

Le leader de l’opposition et président du parti Travailliste Isaac Herzog a également qualifié ce crime d’abject «L’enlèvement et l’assassinat de garçons innocents sous le couvert de la nuit est un crime abject et impardonnable Il n’y a pas de justification ou d’excuse et je suis convaincu que l’armée et les forces de sécurité vont trouver les meurtriers».

Par ailleurs, le ministère de la Défense a annoncé qu’il reconnaissait les trois garçons assassinés comme des victimes de la terreur. En tant que tel, l’Institut national d’assurance fournira donc une aide aux familles des garçons.

Pendant ce temps: l’escalade entre Gaza et Israël

Pendant ce temps, de nouvelles roquettes palestiniennes ont visé le sud d’Israël lundi en riposte à un raid israélien meurtrier à Gaza, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu menaçant d’intensifier les attaques sur le territoire palestinien.

Déjà, après les raids israéliens dans la nuit de samedi à dimanche après les tirs de roquettes venant de Gaza qui avait provoqué un incendie à Sderot, le premier ministre Benjamin Netanyahu s’est déclaré prêt à aller plus loin si nécessaire et à étendre encore davantage ces opérations sur Gaza.

Dans la matinée ce ce lundi, au moins 14 roquettes et obus tirés de la bande de Gaza sont tombés sur le sud d’Israël, au lendemain de la mort d’un combattant palestinien tué dans un raid aérien israélien alors qu’il se préparait à tirer une roquette, selon l’armée.

Benjamin Netanyahu a de nouveau menacé d’intensifier les attaques contre Gaza, où le mouvement islamiste palestinien Hamas a officiellement cédé le pouvoir le 2 juin à un gouvernement de consensus composé de personnalités indépendantes mais où ses forces de sécurité sont restées en place.

«Si ces tirs [de roquettes] continuent, il y a deux possibilités: ou le Hamas, qui est responsable sur le terrain, y met fin ou c’est nous qui y mettrons fin», a prévenu le premier ministre israélien.

Même le ministre des Finances Yaïr Lapid, considéré comme un modéré, a affirmé, se référant au Hamas, qu’«il faut lui rentrer dedans à cause de l’enlèvement, mais aussi à cause des tirs» de roquettes et le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a prévenu quant lui lors d’une rencontre à Berlin avec son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier qu’«Israël ne tolérerait pas la poursuite des tirs de roquettes sur le sud et serait obligé de prendre des mesures sévères si cela continuait».

Entre temps, en Israël et partout dans le monde, #bringbackourboys est maintenant remplacé par #DontForgetOurBoys!