Les vétérans canadiens concluent une semaine de cérémonies en France

0
MM. Fraser Muir et Roy Eddy, vétérans canadiens du jour J et de la bataille de Normandie, se font remercier et remettre des coquelicots par des enfants français lors d'une cérémonie dimanche 7 juin 2014 au Cimetière de guerre canadien de Bretteville-sur-Laize, en France. Le ministre canadien des Anciens Combattants, Julian Fantino, a assisté à la cérémonie et s'est adressé aux gens présents au nom du gouvernement du Canada. (ACC)
MM. Fraser Muir et Roy Eddy, vétérans canadiens du jour J et de la bataille de Normandie, se font remercier et remettre des coquelicots par des enfants français lors d’une cérémonie dimanche 7 juin 2014 au Cimetière de guerre canadien de Bretteville-sur-Laize, en France. Le ministre canadien des Anciens Combattants, Julian Fantino, a assisté à la cérémonie et s’est adressé aux gens présents au nom du gouvernement du Canada. (ACC)

Les vétérans canadiens ont conclu ce dimanche 7 juin au cimetière canadien de Bretteville-sur-Laize une semaine de cérémonies en France à l’occasion du 70e anniversaire du jour J au cours de laquelle ils ont visité d’anciens champs de bataille, honoré la mémoire de leurs compagnons d’armes morts au combat et repensé à leurs grands exploits «qui ont mené au début de la fin de la Seconde Guerre mondiale».

Au début de la semaine, le ministre canadien des Anciens Combattants, Julian Fantino, a assisté au dévoilement de « marqueurs du Souvenirs » installés au Centre Juno Beach en hommage aux Canadiens qui ont péri au combat lors du jour J.

Hier, le ministre Fantino et les vétérans ont assisté à la cérémonie internationale organisée à Ouistreham, dans le secteur britannique de Sword Beach. Le gouvernement du Canada avait aussi organisé une cérémonie de marque au Centre Juno Beach de Courseulles-sur-Mer, à laquelle près de 6 000 personnes ont assisté, le prince Charles et la duchesse de Cornouailles, et le Premier ministre du Canada, Stephen harper.

Les cimetières militaires canadiens

La Croix du Sacrifice au cimetière militaire canadien de Bretteville-sur-Lauze en Normandie (France) (ACC)

Finalement, aujourd’hui, le ministre Fantino était à Cintheaux où il s’est joint aux vétérans lors d’un hommage rendu aux 2 793 soldats canadiens inhumés au Cimetière de guerre canadien de Bretteville-sur-Laize, situé non loin de Bretteville-sur-Laize, sur le territoire de la commune de Cintheaux, dans le département du Calvados, près de Caen en Basse-Normandie.

Les cimetières militaires de la Seconde Guerre mondiale ont été créés à la suite de la Seconde Guerre mondiale dédiés aux soldats tombés (que ce soit les agresseurs ou les défenseurs) selon les droits humanitaires de la convention de Genève.

Outre Bretteville-sur-Laize, il y a des cimetières à Heurot-sur-Mer et, bien sûr, à Bény-sur-Mer Commune de Reviers), où reposent la plupart des soldats canadiens tués lors du débarquement à Juno Beach et du début de la bataille de Normandie en juin 1944 et où le ministre des Anciens combattants accompagné de Laureen Harper, l’épouse du premier ministre canadien ont pris part à une cérémonie dées leur arrivée le 5 juin.

Plus tard dans la journée, le ministre et les vétérans ont assisté aux cérémonies organisées par la Fondation canadienne des champs de bataille au Jardin canadien du Musée Le Mémorial, à la Place de l’Ancienne Boucherie et au jardin de l’Abbaye d’Ardenne.

Bien que les activités de commémoration de ces anniversaires tirent à leur fin en France et au Canada, la période intense de commémoration des deux guerres mondiales se poursuivra jusqu’au 150e anniversaire de la Confédération, en 2017.

«Ce fut une expérience vraiment touchante d’observer toutes les générations, des plus jeunes à nos vétérans de la Seconde Guerre mondiale, rendre un hommage profond à tous ces braves combattants. Même si 70 années se sont écoulées depuis que le cours de l’histoire a changé sur les plages de la Normandie, les échos de ce changement résonnent encore aujourd’hui.», a déclaré le ministre canadien des Anciens combattants.

Le jour J, après avoir réussi à passer le mur de l’Atlantique, les soldats canadiens sont ceux qui ont pénétré le plus loin à l’intérieur des terres. Ces gains indispensables furent très coûteux: de toutes les divisions du groupe britannique, ce sont celles du Canada qui subirent les plus lourdes pertes au cours de la bataille de Normandie.

Sur les quelque 90 000 Canadiens qui prirent part à la bataille de Normandie, plus de 5 000 périrent «au nom de la liberté, de la démocratie et de la primauté du droit».

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.