Obama apporte son soutien à Petro Porochenko

0
Le président américain Barack Obama
Le président américain Barack Obama

Le président américain, Barack Obama, de passage à Varsovie avant de se rendre à Bruxelles pour le sommet du G7, a dénoncé les «sombres manœuvres» de la Russie en Ukraine tout en apportant son soutien au président pro-occidental ukrainien, Pétro Porochenko.

Dans le cadre du 25e anniversaire des premières élections démocratiques en Pologne ayant mené à l’élection du mouvement Solidarité, le président américain s’est adressé à une quarantaine de chefs d’État devant le château royal de Varsovie : «Nous n’accepterons jamais l’occupation de la Crimée par la Russie ni les violations de la souveraineté de l’Ukraine».

Au lendemain de l’annonce d’un plan de sécurité d’un milliard de dollars «pour rassurer l’Europe», impliquant de nouvelles forces américaines terrestres, aériennes et navales, il a affirmé : «Les États-Unis sont résolument engagés aux côtés du peuple ukrainien, pas seulement dans les prochains jours ou les prochaines semaines, mais dans les années à venir».

M. Obama, dans son discours, a tenu à investir cette journée du 4 juin de symbolique en déclarant que :«… les Ukrainiens d’aujourd’hui sont les héritiers de Solidarnosc». Rappelons que la Pologne était sous le joug soviétique depuis 1945 et que les ambitions quant à la zone d’influence russe d’aujourd’hui ont fréquemment été comparées à la Russie soviétique et sa politique extérieure agressive.

Le président américain a souligné très clairement l’importance de l’article 5 :« L’article 5 est clair. Une attaque contre l’un est une attaque contre tous. En tant qu’alliés, nous avons une obligation solennelle – par un traité contraignant – de défendre votre intégrité territoriale. Et nous le ferons. Nous sommes ensemble. Maintenant et pour toujours, parce que votre liberté, c’est la nôtre. La Pologne ne sera jamais seule à faire face. Mais il ne s’agit pas seulement de la Pologne. »

Le président Poutine a de son côté affirmé mercredi que «la politique la plus agressive, la plus sévère, c’est la politique américaine».

M. Obama n’a pas précisé l’intention des États-Unis quant à de nouvelles sanctions contre la Russie, dosant ses propos à ce sujet. Samedi prochain, le vice-président Joe Biden ira à la cérémonie d’investiture du nouveau président pro-occidental ukrainien pour présenter le soutien de son pays.

Passionné de politique, d'actualité et d'histoire depuis l'adolescence, Simon Bossé-Pelletier s'intéresse particulièrement aux relations internationales, à l'histoire militaire et au travail journalistique en situation de conflit.

Les commentaires sont fermés.