Ramadi: l’EIIL s’empare de l’université et prend des otages

0
Des soldats irakiens à Ramadi, le 21 mai 2014 (Azhar Shallal/AFP)
Des soldats irakiens à Ramadi, le 21 mai 2014 (Azhar Shallal/AFP)

Des combattants de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), un groupe jihadiste ultra-radical, se sont emparés samedi de l’université de Ramadi et ont pris des étudiants et des employés en otages.

Ils ont pris en otages des centaines de personnes – personnel et étudiants, selon une source de sécurité.

Appelées en renfort, les forces spéciales irakiennes appuyées par l’armée et la police ont encerclé un temps l’université avant de lancer l’assaut pour libérer les otages et chasser les assaillants.

En début de soirée, le ministère de l’Intérieur a annoncé que « tous les étudiants pris en otages ont été libérés ».

Mais selon une source de sécurité, les combats se poursuivaient sur le campus, où les jihadistes occupaient toujours plusieurs bâtiments d’où les forces irakiennes tentaient de les déloger.

Par ailleurs, au moins 24 personnes ont été tuées et 80 blessées samedi à Bagdad dans une série d’attentats qui ont visé principalement des quartiers chiites de la capitale irakienne, selon des sources de sécurité et médicales.

Six attentats à la voiture piégée se sont produits dans six quartiers différents de Bagdad et une bombe, placée en bord de route, a explosé dans un 7e quartier.

Ces attentats n’ont pas encore été revendiqués, mais le modus operandi -explosions coordonnées et quasi-simultanées de voitures piégées, rappelle celui des insurgés sunnites.

Plus tôt dans la journée, des combats entre les forces irakiennes et des jihadistes sunnites de l’EIIL ont fait 59 morts à Mossoul (nord).

Des quartiers de Ramadi, à 100 km à l’ouest de Bagdad, sont aux mains d’insurgés, dont des membres de l’EIIL, depuis début janvier. Les affrontements dans la province d’Al-Anbar ont fait depuis plusieurs 480’000 déplacés.

Au total, 4300 personnes sont décédées dans les violences en Irak depuis le début de l’année.

Le Canada préoccupé

Ici, le Canada s’est dit préoccupé par les violences en Irak et, vendredi, le ministre des Affaires étrangères John Baird, alors en tournée en Amérique latine, avait exprimé par voie de communiqué son inquiétude face à «la montée du terrorisme en Iraq qui a permis à des tenants de l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) de prendre temporairement le contrôle» de parties du territoire irakien..

«À Fallujah, à Samarra et ailleurs en Iraq, les populations civiles subissent les tirs croisés de l’EIIL et des forces de sécurité», avait souligné le ministre canadien, ajoutant que «Le Canada condamne tous les actes de terrorisme et est solidaire du gouvernement et du peuple iraquiens en ces temps difficiles».

*Avec AFP

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.