Afghanistan: 15 voyageurs abattus froidement sur une route reculée

Les corps des deux travailleurs humanitaires finlandaises sont transportés à la morgue de l'hôpital d'Hérat, 24 juin 2014 (Aref Karimi/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Les corps des deux travailleurs humanitaires finlandaises sont transportés à la morgue de l'hôpital d'Hérat, 24 juin 2014 (Aref Karimi/AFP)
Les corps des deux travailleurs humanitaires finlandaises sont transportés à la morgue de l’hôpital d’Hérat, 24 juin 2014 (Aref Karimi/AFP)

Quinze personnes ont été froidement abattues en pleine nuit par des inconnus sur une route reculée du centre de l’Afghanistan, rapporte les autorités du pays.

L’attaque a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi à Ghor, une province pauvre, montagneuse et enclavée généralement épargnée par les violences des rebelles talibans contre le gouvernement et ses alliés occidentaux.

L’attaque survient dans un contexte de hausse des violence dans le pays en pleine transition politique et sécuritaire.

Les assaillants ont arrêté deux véhicules, « demandé aux passagers de se mettre en rang et les ont abattus l’un après l’autre », a déclaré Abdul Hai Khatibi, porte-parole du gouverneur de la province, cité par l’Agence France-Presse.

« Un homme a réussi à s’échapper. Tous les autres passagers ont été tués d’une balle dans la tête et d’une autre dans la poitrine », a ajouté le porte-parole. Au total, onze hommes, trois femmes et un enfant ont ainsi été froidement abattus.

Le porte-paroles officiel du gouverneur n’a pas précisé si ces violences étaient selon lui liées à la rébellion ou à des conflits locaux, mais le chef de la police provinciale, Fahim Qaiem, qui a confirmé l’attaque et son bilan, a quant à lui accusé les insurgés talibans.

Ces meurtres interviennent aussi dans un contexte de violence exacerbée contre les civils et étrangers dans le pays.

Jeudi, déjà, deux travailleuses humanitaires finlandaises circulant en taxi avaient été abattues par des hommes armés à Hérat, grand carrefour de l’ouest afghan, infiltré par les insurgés mais moins touché par les violences que le sud, leur bastion historique.

Depuis le début de l’année, les étrangers – humanitaires, journalistes, diplomates – ont été la cible de nombreuses attaques en Afghanistan, notamment dans la capitale Kaboul.

*Avec AFP